Huffpost Maroc mg

Hakima El Haité s'explique sur l'importation des déchets italiens

Publication: Mis à jour:
HAKIMA EL HAIT
DR
Imprimer

POLÉMIQUE - Ce lundi 11 juin au siège de son ministère, Hakima El Haité a tenu une conférence de presse pour s'expliquer sur l'importation de 2.500 tonnes de déchets italiens par le Maroc. Après avoir rappelé que les déchets importés ne sont pas nocifs, la ministre chargée de l'Environnement a apporté des réponses aux questionnements posés par l'opinion publique sur cette opération d'importation.

De quels type de déchets s'agit-il?

"Il s'agit de déchets de type RDF (Refuse-derived fuel ndlr). Ce sont des produits dérivés et des sous-produits issus de déchets industriels et ménagers", explique la ministre. Le RDF, aussi connu sous le nom de "combustible solide de recyclage" (CSR), est un combustible sec et propre, produit à partir de déchets n'ayant pas été triés et recyclés (essentiellement des morceaux de plastique, de bois, de papier, de carton, etc.) et non des déchets organiques, comme ce qui est montré dans certaines photos "présentées comme celles de la cargaison réceptionnée, alors que ce n'est pas le cas", souligne El Haité.

Est-ce la première fois que le Maroc importe des RDF?

Non. Le Maroc importe "importe près de 450.000 tonnes de RDF chaque année", a révélé la ministre.

D'où sont-ils issus?

Selon la ministre, les déchets sont issus de la province de Pescara, située dans la région des Abruzzes, et non pas de la décharge de Taverna Del Ré comme l'ont affirmé certains médias, ni de de la Campanie.

Les RDF importés ont été produits par l'entreprise italienne Deco S.P.A., une entreprise créée en 1989, et qui opère dans le domaine de l’environnement. Deco S.P.A exploite, par ailleurs, les décharges et les centres de transfert sur le territoire tunisien via Ecoti S.A.

Quelles sont les procédures encadrant l'importation de RDF?

"Avant 2014, les procédures étaient bien en-deçà de ce que recommandait la Convention de Bâle. Les procédures instaurées depuis sont plus strictes. À titre d'exemple, les usines qui produisent les RDF doivent être agrées aux normes européennes, les déchets doivent être soumis à une analyse de leur composition par deux laboratoires internationaux avant et après leur arrivée. Si les deux analyses sont concluantes, un test de combustion, qui permet de contrôler les émissions atmosphériques lors de leur incinération doit être préalablement effectué", a précisé El Haité. 19 documents ont, par ailleurs, été demandés au producteur de RDF, et 6 aux cimenteries.

Les RDF en question ont-ils été exportés par des mafias actives dans le trafic de déchets, comme le craignait une partie de l'opinion publique?

"Pour les RDF importés d'Italie, et spécifiquement pour ceux-là, nous demandons au fournisseur de produire une déclaration anti-mafia", qui atteste l'inexistence de liens avec la mafia, a assuré la ministre.

Les déchets ont-ils été incinérés ou pas encore?

"Les déchets sont toujours intacts. Ils n'ont pas été touchés. Nous attendons le deuxième rapport d'analyse de composition. Si les analyses montrent la non-conformité des RDF aux normes en vigueur, l'autorisation d'incinération ne sera pas délivrée par le ministère, et les RDF seront réexpédiés au pays d'origine aux frais du cimentier", a rappelé Hakima El Haité.

LIRE AUSSI:

À lire aussi sur le HuffPost Maghreb

Close
Il peint des animaux à partir des déchets métalliques (PHOTOS)
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction