Huffpost Maroc mg

L'Otan veut renforcer sa coopération sécuritaire avec le Maroc

Publication: Mis à jour:
OTAN
Le secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg | Francois Lenoir / Reuters
Imprimer

SÉCURITÉ – L'Organisation du traité de l'Atlantique Nord (OTAN) veut une coopération sécuritaire plus solide avec le Maroc. Elle l’a fait savoir samedi lors d’un sommet à Varsovie, présidé par Barack Obama. C’est ce qu’a indiqué la Maison blanche dans un communiqué, ajoutant que l'Otan a l’intention "d'étendre ses efforts pour parvenir à la stabilité au-delà des frontières de l'alliance".

L'Alliance atlantique va "intensifier le renforcement des capacités de défense et des domaines de coopération sécuritaire avec les partenaires régionaux, tels que l'Irak, la Jordanie, la Tunisie, le Maroc et la Mauritanie afin de traiter les causes profondes de l'instabilité".

Les 8 et 9 juillet, les 28 chefs d’États et de gouvernements de l'Otan, dont le président américain Barack Obama, la chancelière allemande Angela Merkel et le président français François Hollande, se sont réunis à Varsovie, en Pologne. À l’issue de cette rencontre, ils ont décidé de déployer quatre bataillons dans les États baltes et en Pologne.

Il s’agit du renforcement le plus grand depuis la fin de la guerre froide, qui va se traduire notamment par l'envoi de 4.000 hommes, encadrés par quatre pays (États-Unis, Allemagne, Grande-Bretagne et Canada) au plus près de la Russie.

"C'est une décision historique. L'Otan a montré très clairement que nous sommes unis et fermes", s'est félicité le Premier ministre estonien Taavi Roivas. Ce renforcement va se traduire notamment par l'envoi de 4.000 hommes, encadrés par quatre pays (États-Unis, Allemagne, Grande-Bretagne et Canada,) au plus près de la Russie.

"Ces bataillons seront robustes et multinationaux (…) Une attaque contre un allié sera ainsi considérée comme une attaque contre toute l'Alliance", a souligné pour sa part le secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg. Ces troupes seront appuyées par la force "fer de lance", une force de réaction très rapide, comptant quelque cinq mille hommes et capable d'arriver sur place en quelques jours.

LIRE AUSSI: Pourquoi le sommet de l'Otan s'inscrit dans une logique de Guerre froide