Huffpost Tunisie mg

La Tunisie accuse un retard dans l'innovation et dans l'utilisation des TIC dans les affaires

Publication: Mis à jour:
ACTE TAT CIVIL
etatcivil.gov.tn
Imprimer

Le forum économique mondial vient de publier son rapport annuel 2016 sur les technologies de l’information et de la communication (TIC).

Intitulé: "L’innovation dans l’économie digitale", le rapport couvre 139 pays.

La Tunisie y a été classée au 81 ème rang mondial et garde ainsi la même place de l’année dernière. La Tunisie occupe toutefois le deuxième rang nord africain juste après le Maroc et la 7ème place au niveau arabe.

Avec un score de 3,9 sur une échelle allant de 1 à 7, il reste encore du pain sur la planche et ce, en dépit des progrès réalisés dans le domaine.

Tarifs mobiles et Internet les plus bas du monde

L’indice global repose sur 10 indicateurs ou piliers. La ventilation des indicateurs auxiliaires fait montre d’un retard observé en matière des affaires et de l’innovation (Business & innovation environment) mais aussi au niveau de l’environnement politique et réglementaire et de l’usage des TIC dans les affaires.

Par ailleurs la Tunisie occupe le 24ème rang mondial en matière d’accessibilité. En effet, selon le rapport la Tunisie dispose des tarifs cellulaires mobiles et les tarifs Internet parmi les plus bas du monde (8ème mondial). Cependant la faible concurrence dans le secteur de la téléphonie mobile et de l’Internet pénalise la Tunisie.

Le rapport épingle d’autres faiblesses dont la faible utilisation d'Internet pour les transactions business-to–consumer. Autrement dit les transactions via Internet ou encore le e-commerce restent en deçà des potentialités existantes.

L’impact de l’utilisation des TIC sur l’économie demeure faible. D’ailleurs le rapport classe la Tunisie au 113 ème rang mondial en matière d’Impact des TIC sur les nouveaux modèles d'organisation et 91ème place en matière d’impact des TIC sur les nouveaux services et produits.

Ainsi des efforts restent à déployer pour confirmer la place de la Tunisie en tant que leader ou champion régional dans le domaine du digital.

La mise à niveau de l’infrastructure des télécommunications se poursuit. En 2015, le gouvernement a commencé l’opération de découpage de la boucle local de Tunisie Telecom permettant ainsi l'ouverture du réseau téléphonique local à la concurrence. L’objectif étant de développer le marché de la téléphonie fixe, de diversifier les services et d’améliorer leur qualité.

La Tunisie a lancé un réseau de diffusion numérique terrestre offrant un bouquet de 10 chaînes public et privé.

Formation de 1000 jeunes et financement de 17 projets

Un programme de formation dans la programmation (des téléphonies mobiles) destiné à 1000 jeunes Tunisiens a été lancé en 2015 couvrant tous les gouvernorats du pays.

Pour soutenir l’innovation, 17 projets ont été financé via le fonds de développement des technologies de la communication pour un coût de 9 MDT. Un accord de partenariat a été signé avec la société SOFRECOM permettant de générer 340 postes d’emplois sur 3ans.

Vers un nouveau Code numérique

Au niveau réglementaire des progrès ont été réalisé dont le décret loi portant création du conseil stratégique de l’économie numérique et la préparation du nouveau Code numérique.

Les préparatifs vont par ailleurs bon train pour la promulgation de la loi sur la lutte contre les cybercrimes.

Perspectives 2016

L’année 2016 se caractérise principalement par le lancement officiel du projet "Tunisie Digitale 2018".

"Faire de la Tunisie une référence numérique Internationale et faire des TIC un levier essentiel du développement socio-économique" : telle est la vision stratégique. Cette stratégie sera alignée au plan quinquennal (2016-2020).

Les principaux objectifs assignés à ce plan stratégique "Tunisie digitale 2018" sont: Garantir l’inclusion sociale et réduire la fracture numérique, ancrer la culture du numérique, évoluer vers le e-administration, améliorer la compétitivité des entreprises et leur positionnement sur le numérique, la création de l’emploi et des champions nationaux outre le passage de la Tunisie vers le tout numérique.

La mise en œuvre de cette stratégie permettra de réaliser une valeur ajoutée du secteur de 11 milliards dinars par an la cinquième année contre 4,5 milliards dinars actuellement.

Parmi les autres objectifs on notera: Atteindre une recette d’export de 6 milliards de dinars au terme du plan quinquennal 2016-2020 contre 950 MDT actuellement, la création de 100.000 emplois en cinq ans tout en assurant la connexion de trois familles sur 5 et un déploiement du très grand débit.

La réalisation de ces objectifs nécessitera la mobilisation d’un volume global d’investissement (1/3 investissements public et 2/3 investissements privés) de 5,5 milliards de dinars.

Le programme national stratégique s’articule quant à lui autour de 3 axes: le développement des usages (grand public, administration, entreprises) de manière à réduire le fossé numérique inter-régional, le développement de l’innovation par le biais de l’offshoring et le développement de l’infrastructure.

L’arrivée de la 4G devrait se traduire par l’accélération du rythme et de l’élargissement de l’utilisation de l’internet à davantage de petites entreprises, à de plus larges couches sociales et zones défavorisées.

En 2016, le ministère des Technologies de la Communication et de l’Économie Numérique table sur l’élargissement du taux de couverture pour atteindre 25% au niveau national et 20% au niveau régional.

Autres ambitions: lier plus de 60% des institutions publiques au réseau administratif intégré (360 institutions en dehors du ministère de l’intérieur).

Pour stimuler davantage le e-goverment, le gouvernement compte développer le système AMAN 2 et mettre en place 10 lignes groupés en faveur des citoyens.

Dans le domaine de l’innovation technologique, une étude est en cours de réalisation pour l’attribution d’un Label innovation pour les projets inscrits dans le cadre du plan stratégique.

Un atelier de formation sur "l’Internet des objets", sera organisé autour du "e-farming" et "smart meter". Le renforcement du rôle du pôle El Ghazela et son éventuel rapprochement avec des pôles similaires à l’échelle internationale figure également parmi le plan d’actions du ministère des TIC et de l’Économie Numérique.

En ce qui concerne la formation, la consolidation des cycles de formation spécialisés dans la sécurité informatique et la diversification des domaines de formation ciblant les métiers innovants est en cours et ce en étroite collaboration entre le secteur privé et le secteur public.

Les objectifs à court, moyen et long termes fixés par le gouvernement sont ambitieux, reste de mettre en œuvre les moyens humains et matériels nécessaires, de développer l’infrastructure de base et d’assurer un climat adéquat et idoine au passage à la réalisation de l’objectif ultime : le e-transform Tunisia.

tic

tic

tic

tic

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.