Huffpost Algeria mg

Guerre en Irak: l'arrogance de Tony Blair dénoncée par les éditorialistes

Publication: Mis à jour:
TONY BLAIR
Iraq Inquiry chairman Sir John Chilcot (R) speaks as he comments on the findings of his report, inside the QEII Centre in London on July 6, 2016.Britain's then prime minister Tony Blair promised US George W. Bush in 2002 that he would be with him on Iraq 'whatever' happened, nearly a year before the invasion, Britain's Iraq War Inquiry report said on Wednesday. The decision to join the US-led invasion in 2003 on the basis of flawed intelligence, the occupation and Iraq's bloody descent into sect | DAN KITWOOD via Getty Images
Imprimer

De la longue conférence de presse (deux heures et demie) de Tony Blair mercredi pour s'expliquer sur les accusations portées contre lui par un rapport sur la guerre en Irak, les éditorialistes retiennent jeudi l'image d'un homme "arrogant", s'accrochant à "l'illusion" qu'il a eu raison.

Certes l'ancien Premier ministre travailliste s'est excusé, l'air très ému et la voix presque brisée, des conséquences du conflit.

"Mais pour sa santé mentale, il se dit encore que le monde est +meilleur et plus sûr+ parce qu'il a rejoint l'offensive de George Bush contre l'Irak. C'est une illusion monumentale", écrit le quotidien Sun.

"Blair admet que les plans pour l'après-guerre étaient calamiteux. C'est sa seule concession. Il ne voit pas de raison de s'excuser pour sa décision d'aller en guerre et a insisté sur le fait qu'il referait la même chose", poursuit le journal.

"Il croit encore qu'il n'avait pas le choix. Mais tu aurais pu dire non, Tony", lui assène-t-il.

Pour le Guardian, "cela peut sembler petit de douter de la sincérité de quelqu'un à un tel moment".

"Mais je l'ai déjà vu éploré par le passé, et comme des millions d'autres électeurs, je ne lui fais plus confiance", écrit Anne Perkins, qui estime que Tony Blair a montré "une arrogance intacte" dans son exercice d'autojustification.

Michael Deacon, dans le Telegraph, souligne également qu'il a refusé de s'excuser pour l'invasion de l'Irak, malgré toutes ses démonstrations de peine. Avant de s'interroger sur sa performance: "Que croire' Etait-ce le plaidoyer honnête d'un homme brisé' Ou une performance, une imitation irréprochablement exécutée'".

John Crace, dans le Guardian, estime, lui, qu'il a surtout semblé s'apitoyer sur son propre sort.

"Moi, moi, moi. La guerre, ce ne sont pas les 179 soldats britanniques et les centaines de milliers d'Irakiens qui sont morts. C'était lui, tout du long. Est-ce que les gens on compris la difficulté de prendre la décision qu'il a prise' Et ne comprennent-ils toujours pas que cette décision était totalement justifiée et que Dieu lui a personnellement dit que d'innombrables vies ont été sauvées en allant à la guerre'".

"Ses yeux brûlaient de la conviction du martyr. Il n'a pas été le méchant garçon, mais le messie. Continuant de mener une guerre qu'il a depuis longtemps perdue", ajoute l'éditorialiste.

Trevor Kavanagh, dans le Sun, souligne que "Blair a toujours été obsédé" par la marque qu'il laisserait dans l'histoire.

"Il a pu espérer ressembler aux héros de guerre américains avec tous les bénéfices juteux qui y sont associés. Mais au lieu de ça, on se rappellera de lui pour avoir infligé une tempête terroriste à un monde fragile et instable".

L'ancien Premier ministre britannique Tony Blair a estimé mercredi que renverser le régime irakien de Saddam Hussein en 2003 avait été la bonne décision, affirmant que le monde était désormais plus sûr.

Nous avons pris la bonne décision. Le monde est meilleur et plus sûr, a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse, alors qu'un rapport a pointé le manque total de préparation de l'offensive contre l'Irak et son caractère prématuré.

M. Blair a dit accepter la responsabilité totale des erreurs commises dans la préparation et la réalisation de cette guerre.

Mais cela ne contredit pas le fait que je pense que nous avons pris la bonne décision, a-t-il ajouté.

Je prendrai la même décision si j'étais dans la même situation, a ajouté M. Blair, après avoir exprimé ses regrets et ses excuses pour les erreurs commises.

LIRE AUSSI: Grande-Bretagne: Jeremy Corbyn s'excuse pour la guerre en Irak au nom du parti travailliste

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.