Huffpost Tunisie mg

Tunisie: Retour des tensions inflationnistes

Publication: Mis à jour:
TUNISIA FAMILLY
FETHI BELAID via Getty Images
Imprimer

L’inflation reprend son trend haussier. La hausse généralisée des prix des produits de consommation courante a atteint au terme du mois de juin 2016 le seuil de 3,9% contre 3,3% enregistrés au cours du mois de février de l’année en cours.

L’inflation s’approche ainsi de la barre des 4% et le risque d’un retour des tensions inflationnistes persiste.

La frénésie de la consommation familiale au cours du mois de Ramadan et les préparatifs pour l’Aïd n’ont fait que saler la note et alourdir davantage le couffin de la ménagère.

La facture de la SONEDE en hausse de 13,4%

Selon le bulletin mensuel de l'Institut National de la Statistique (INS), cette ascension enregistrée dans le niveau d’inflation est due principalement à la hausse des prix des produits alimentaires et boissons, à la recrudescence des prix des produits d’habillement et de chaussures mais aussi à la hausse de l’indice des prix du groupe de consommation "Logement et énergie domestique". Celui-ci a enregistré une hausse de 7% après le dernier ajustement des prix de l’eau potable. La facture de la SONEDE a augmenté de 13,4%.

Ramadan, Aïd , vacances estivales et le boom de la consommation familiale

La hausse des prix à la consommation familiale est généralisée et concerne la quasi-totalité du panier des biens à l’exception des télécommunications. Un accroissement qui risque de se poursuive pour les mois de juillet et août, période des vacances estivales et même en septembre avec la rentrée scolaire. Ça flambe de partout et le pouvoir d’achat du consommateur tunisien est au plus bas.

Comment faire pour endiguer les tensions inflationnistes surtout que cette hausse de l’inflation va de paire avec la baisse de la production industrielle? Une situation de stagflation à éviter absolument.

Par définition la stagflation est la situation d’une économie qui souffre simultanément d’inflation (c’est-à-dire d’une hausse générale des prix) et d’un ralentissement, voire d’une stagnation de sa croissance économique.

En effet et toujours selon l’INS en mois d’Avril 2016, la production de l’ensemble de l’industrie a enregistré une baisse de 1,5% en glissement annuel.

Une diminution due essentiellement à la baisse de la production dans les secteurs du raffinage du pétrole (-64,3%), de l’industrie agro-alimentaire (-4,5%) et de l’industrie du caoutchouc et des plastiques (-5,2%).

Les risques de stagflation voire de dépression économique refont surface et c’est à la Banque Centrale de Tunisie de limiter la casse.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.