Huffpost Maroc mg

Le PJD souhaite l'amendement de la loi sur le Conseil consultatif de la jeunesse

Publication: Mis à jour:
PJD JEUNES
La loi sur le Conseil consultatif de la jeunesse fait débat | DR
Imprimer

LÉGISLATION - Quelques jours à peine après son adoption, le projet de loi portant création du Conseil consultatif de la jeunesse et de l'action associative fait d'ores et déjà l'objet de recommandations et de propositions d'amendements.

Dans une interview accordée au portail du Parti de la justice et du développement (PJD), Saâd Hazim, parlementaire PJD et coordinateur national de l'Instance nationale des jeunes et de la démocratie, a fait part de ses recommandations pour le projet de loi N°89-15 relative au Conseil consultatif de la jeunesse et de l'action associative.

Pour le député, "le parlement aura la responsabilité de devoir amender et améliorer ce projet de loi", afin que le Conseil consultatif de la jeunesse et de l'action associative "puisse remplir, de manière adéquate, les rôles qui lui incombent".

Si, dans sa mouture actuelle, le projet de loi accorde au Conseil le droit d'exprimer son avis sur les questions qui lui seront déférées par le roi, le Chef du gouvernement ou les deux chambres du parlement, Saâd Hazim plaide pour le doter de la capacité d'auto-saisine, pour qu"'il n'ait pas à dépendre entièrement des intervenants" précédemment cités.

La composition du Conseil devra, elle aussi, être revue. Le projet de loi tel qu'adopté fixe le nombre de membres du Conseil à 24. Huit d'entre eux seront nommés par le roi, 8 autres par le Chef du gouvernement, quatre par le président de la Chambre des représentants et les quatre derniers par le président de la Chambre des conseillers. "C'est peu", estime Saâd Hazim, qui considère qu'au vu des missions que devra remplir le Conseil, une augmentation des effectifs s'avèrera nécessaire. Le député appelle donc à inclure des représentants des chabibas des partis politiques, ainsi que des représentants des organisations estudiantines, afin de "renforcer le pluralisme au sein du Conseil, et pour promouvoir l'action des jeunes au sein des associations au Maroc".

Prévu à l'article 33 de la Constitution, le Conseil consultatif de la jeunesse et de l'action associative est une instance consultative œuvrant dans les domaines de la protection de la jeunesse et de la promotion de la vie associative.

Le Conseil est "chargé d’étudier et de suivre les questions intéressant ces domaines et de formuler des propositions sur tout sujet d’ordre économique, social et culturel intéressant directement les jeunes et l’action associative, ainsi que le développement des énergies créatives de la jeunesse, et leur incitation à la participation à la vie nationale, dans un esprit de citoyenneté responsable", selon l'article 170 de la Constitution. Il aura pour objectifs "d'étendre et de généraliser la participation de la jeunesse au développement social, économique, culturel et politique du pays, ainsi qu'à aider les jeunes à s'insérer dans la vie associative", selon l'article 33 de la loi fondamentale du royaume.

Le Conseil aura pour missions principales d'exprimer son avis sur les questions qui lui seront déférées par le roi, le Chef du gouvernement ou les deux chambres du parlement, de contribuer aux projets et aux stratégies élaborées par le gouvernement pour promouvoir la participation des jeunes au travail associatif, ainsi que de réaliser des études et des recherches portant sur les questions de la jeunesse et du travail associatif.

LIRE AUSSI: