Huffpost Maroc mg

Le mystère s'épaissit autour de Grégoire M., Français arrêté en Ukraine avec armes et explosifs

Publication: Mis à jour:
UKRAINE TERRORISTE
Le mystère s'épaissit autour du "terroriste" Français arrêté en Ukraine avec armes et explosifs | AFP PHOTO / UKRAINE'S SBU SECURITY SERVICE
Imprimer

INTERNATIONAL - Un mois et demi après l'arrestation très médiatique de Grégoire M., un Français de 25 ans interpellé en Ukraine en possession d'un arsenal hallucinant, le mystère s'épaissit quant aux motivations de l'intéressé.

Pour le SBU, les services secrets ukrainiens, cela ne fait aucun doute, l'homme préparait pas moins de quinze attentats sur le sol français, à l'occasion de l'Euro 2016. Pour la justice française en revanche, on penchait davantage pour l'hypothèse d'un trafic d'armes, compte tenu du profil du suspect. D'ailleurs, le parquet anti-terroriste n'avait pas été saisi.

Et comme le rapporte ce lundi 4 juillet Le Figaro, la justice française n'est aujourd'hui pas plus avancée qu'en mai dernier. "Un magistrat de la Juridiction interrégionale spécialisée (JIRS) de Nancy et deux enquêteurs français se sont rendus en Ukraine du 29 mai au 1er juillet", explique le quotidien, qui précise que ceux-ci ne sont pas revenus en France bien plus informés. Loin de là.

"Un homme très buté"

Les enquêteurs ont pu rencontrer Grégoire M., qui est incarcéré à Kiev. Et selon le récit fait par le magistrat, les motivations de ce dernier restent tout autant floues qu'à l'ouverture du dossier. "Je n'ai rien à déclarer", aurait-il répété eux enquêteurs, lesquels décrivent "un homme très buté" et "extrêmement obstiné". De fait, les enquêteurs ne semblent pas savoir vraiment à qui ils ont affaire. Car si Grégoire M. avait vraiment eu des velléités terroristes, on ne peut pas vraiment dire que ce dernier faisait preuve d'un sens aigu de la clandestinité.

"Il ne s'est pas montré très discret", a expliqué le parquet cité par Le Figaro précisant qu'il a attiré l'attention des services ukrainiens parce qu'il "aurait indiqué à plusieurs personnes qu'il cherchait à se procurer des armes". Quant à ses intentions, les enquêteurs n'ont pas encore eu la preuve qu'il comptait effectivement commettre des attentats en France.

Un enregistrement à authentifier

Comme nous le savions, les services ukrainiens ont à disposition un enregistrement sur lequel Grégoire M. aurait fait part de son opposition à la politique de la France et aurait évoqué son intention de frapper pendant l'Euro, notamment une mosquée et une synagogue. Si la justice française a pu l'écouter, elle ne le considère pas "à ce stade" comme un élément probant. "Nous avons entendu l'intégralité de cet enregistrement, dont des extraits ont été diffusés, mais il nous faut encore l'expertiser et le récupérer", a fait savoir une source judiciaire citée par Le Figaro.

"Pour le moment, ce qui est sûr, c'est qu'il a été arrêté avec un impressionnant arsenal. Après qu'est-ce qu'il comptait en faire? C'est l'enquête qui le déterminera", a encore commenté le parquet cité par le quotidien. Malgré la rencontre entre le suspect et les enquêteurs français en Ukraine, c'est donc toujours l'incertitude qui domine dans ce dossier.

LIRE AUSSI: Les incroyables images de l'arrestation du terroriste Français qui préparait 15 attentats pendant l'Euro 2016 (VIDÉO)