Huffpost Algeria mg

En débat samedi: Liberté, Nabni, ton nom

Publication: Mis à jour:
NABNI
Nejma Rondeleux
Imprimer

Le collectif citoyen "Notre Algérie bâtie sur de nouvelles idées" (Nabni) a organisé samedi 2 juillet à Alger une sahra autour de la valeur de liberté qui s’inscrit dans le cycle de soirées-débats initiées depuis le début du mois de ramadan dans le cadre du projet "Algérie rêvée" lancé en mai dernier.

Après "l’e-galité" et "le sport", c’est sur la "liberté" que le collectif citoyen Nabni s’est arrêté samedi 2 juillet. Cette troisième sahra du mois de ramadan qui a rassemblé une cinquantaine de personnes dans le confortable amphithéâtre de l’Ecole supérieure algérienne des affaires (ESAA) à Alger s’est déroulée autour des trois problématiques "Aux origines", "Liberté 2.0", "Toujours libre demain" et des résultats du sondage lancé auprès des participants lors de l’inscription à la soirée.

En ouverture de la soirée, le collectif Nabni a présenté les réponses obtenues auprès des 280 participants du sondage sur le sentiment de liberté. Ainsi à la question "Vous sentez-vous libre ?" la majorité des répondants s’estiment "plutôt libre". Quant à la définition de la liberté, la majorité considère "qu’elle commence là où la liberté des autres s’arrête".

La liberté à l’épreuve du temps

Fidèle à ses habitudes, le collectif Nabni a commencé par poser les fondements du terme "liberté" en abordant avec les invités du premier panel la question des "origines".

Le sociologue Karim Khaled, enseignant-chercheur au Centre de recherche en économie appliquée pour le développement (CREAD), le professeur de philosophie et militant syndicaliste Mohamed Bouhamidi ainsi que l’ancien magistrat Abdelatif Sifaoui, membre de l’association des oulémas, ont tour à tour traité de : l’impact de la liberté sur l’évolution socio-professionnelle des cadres algériens (1962-2016), les libertés durant la période coloniale et de la liberté dans les institutions. Non sans provoquer un débat parfois houleux avec la salle.

Ambitieuse dans son programme, cette première partie s’est toutefois révélée dense et surtout trop longue pour capter correctement et jusqu’au bout l’attention du public.

La liberté de la presse : liberté collective la plus importante

Selon le sondage réalisé auprès des 280 inscrits à la soirée, la liberté de la presse arrive largement en tête des libertés collectives les plus importantes avec 78% de taux de réponses. Même constat au niveau des libertés individuelles avec 83% des répondants estimant que la liberté d’opinion et d’expression est la plus importante des formes de liberté individuelle.

Dans cette perspective, le second panel a rassemblé journalistes et spécialistes des nouvelles technologies pour traiter de la liberté 2.0 dont la place et l’importance ne cessent de croître dans le quotidien des Algériens. Et qui de ce fait subit des restrictions de plus en plus fortes ont relevé les quatre invités : Tarik Hafid, directeur de publication du site électronique Impact 24, Akram Kherief, éditeur du site électronique « Secret Difa3 », Yacine Belkessem, spécialiste en nouvelle technologie et Abdelwaha Maouchi, écrivain et éditeur.

L’Algérie au plus bas des classements de la liberté de la presse

"De 1997 à 2016, l’Algérie a connu une liberté d’internet absolue mais depuis cette année, les choses ont changé", a souligné Akram Kherief en citant les "rumeurs de filtres" et les "arrestations de citoyens pour leurs publications sur Internet".

Un constat partagé par Tarik Hafid qui estime que la "liberté de la presse est grandement menacée". En atteste le procès du ministère de la communication contre le rachat du groupe médias El Khabar par l’homme d’affaires Issad Rebrab, l’emprisonnement des responsables de la chaîne télévisée KBC ou encore le déménagement interrompu du journal El Watan dans son nouveau siège.

"N’oublions pas que la liberté d’expression est intimement liée à la liberté d’entreprendre" a déclaré Tarik Hafid en se référant aux pressions économiques subies par les médias indépendants depuis le 4e mandat. Ce faisant "l’Etat est en train de créer une sphère médiatique complètement informelle très dangereuse" a-t-il averti.

D’ailleurs depuis ces deux dernières années, l’Algérie ne cesse de dégringoler dans les classements internationaux de la liberté de la presse. Elle occupe ainsi la 136e place sur 190 dans le classement "Freedom of the Presse 2016" et a perdu son statut de "liberté partielle" a présenté le collectif Nabni.

Et demain, toujours libres ?

Pour se projeter dans l’avenir et parler de la liberté dans la concrétisation de l’Algérie rêvée, la soirée s’est achevée sur une note culturelle et spirituelle avec la critique d’art Nadira Laggoune, commissaire d’exposition et professeur à l’école des Beaux-arts et Houyame Aydi, militante de la société civile.

"Il n'y pas de liberté absolue, nous avons besoin de lois pour protéger la liberté d'expression", a conclu Nadira Laggoune.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.