Huffpost Tunisie mg

L'UTICA propose les priorités économiques du gouvernement d'Union Nationale en 18 points

Publication: Mis à jour:
UTICA
Mosaique Fm
Imprimer

Certaines personnes affirment que l’économie nationale vit une crise pire que celle des années 80. Il y a bel et bien péril en la demeure.

Transition démocratique oblige, la transition économique se fait dans la douleur et cinq ans après la Révolution, la Tunisie n’est toujours pas sortie de l’auberge. Faute de schéma de développement cohérent et de volonté politique, l’économie plonge dans une léthargie à durée indéterminée. Les chiffres sont éloquents et la situation de la finance publique va de mal en pis.

Avant les élections, les partis en lice ont promis monts et merveilles et ont présenté des programmes socio-économiques ambitieux voire idylliques. Une fois assis sur le trône, rien n’a été fait. Aujourd’hui la bourrasque économique est le fruit d’un certain dilettantisme et d’une politique de l’autruche.

L’initiative lancée par le président de la République Béji caïd Essebsi sur la nécessité de former un gouvernement d’Union Nationale est en gestation. L’objectif annoncé étant de pouvoir sauver l’économie nationale de la débâcle. Les pourparlers se poursuivent et les plans d’action sont déjà sur la table de discussions. L’Union Tunisienne du Commerce et de l’Artisanat (UTICA) l’une des forces du pays et l’une des organisations du quartet du fameux dialogue national a présenté récemment sa vision et a dressé une liste de priorités économiques nationales en 18 points

Une crise majeure

"L’UTICA  affirme dans  l’introduction de  sa note  que la Tunisie affronte aujourd’hui une crise majeure qui s’approfondit de jour en jour. Une telle situation ne peut pas continuer et des mesures urgentes doivent être prises pour sauver le pays. Face à une telle
situation, la note de l’UTICA appelle toutes les composantes la société : partis politiques, organisations nationales et société civile à prendre conscience des répercussions potentiellement négatives de cette situation sur la stabilité du pays et son avenir."

L’organisation patronale affirme dans un premier point la nécessité d’informer la communauté nationale sur la réalité de la situation dont principalement les pressions menaçantes que subit le budget de l'Etat et leur impact sur les équilibres financiers du pays. En effet, le gouvernement devra dévoiler la vérité toute la vérité aux citoyens. Mais ne faut-il pas avant tout dresser le bilan des gouvernements successifs qui ont chapeauté cette période transitoire pour s’arrêter sur les tares et définir les responsabilités ?

Réexamen de la loi sur le PPP
 
Par ailleurs, l’UTICA appelle à veiller au retour à la normale des activités minières et pétrolières, à faire adopter une loi extraordinaire qui  donne au gouvernement le pouvoir de prendre les textes législatifs qu’il juge utile pour la reprise économique et la mise en œuvre des reformes nécessaires, à réexaminer la loi sur le partenariat public privé et à accélérer l’adoption du nouveau code d’investissement.

Autres recommandations de l’organisation patronale: outre le soutien du secteur des exportations et des secteurs industriels fragilisés, l’UTICA appelle à lutter contre la contrebande, le terrorisme et la corruption, ces pestes qui gangrènent l’économie nationale. La reconsidération de la composition du gouvernement fait également partie du plan d’action stratégique proposé par l’UTICA.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.