Huffpost Tunisie mg

Assemblée des Représentants du Peuple: Le va et vient entre les blocs continue

Publication: Mis à jour:
TUNISIA ASSEMBLY
A general view of Tunisia's Constituent Assembly is seen in session in Tunis December 2, 2014. Tunisia's first full elected parliament held its opening session on Tuesday with a challenge to implement the democracy its people sought when they marched in the 2011 revolt against autocrat Zine el-Abidine Ben Ali. REUTERS/Zoubeir Souissi (TUNISIA - Tags: POLITICS) | Zoubeir Souissi / Reuters
Imprimer

Le député du mouvement de Nidaa Tounes et porte-parole du bureau de l’Assemblée des représentants du peuple, Mongi Harbaoui, a annoncé la démission des députés Ahmed Saïdi et Lotfi Ali du bloc socio-démocrate. Toujours selon le concerné, ces deux députés accompagnés de leur collègue d’Al Moubadara (le parti de Kamel Morjane et de Mohamed Jegham), Naceur Channoufi, rejoindraient le bloc du mouvement de Nidaa Tounes. Ces députés seraient, à leur tour, rejoints par leurs collègues du bloc d’Al Horra, Bochra Bel Hadj Hmida et Hassouna Nassfi.

Par ces deux démissions, le bloc socio-démocrate se retrouve donc sans président et réduit à huit députés. Pareil pour la Commission d’enquête sur l’affaire des dossiers du Panama. Pour le bloc de Nidaa Tounes – qui a récupéré, rien que vendredi 1er juin, deux autres députés qui sont Fatma Messidi et Mohamed Ennaceur Jbira –, il est fort probable qu’il récupère sa première place au Parlement au plus tard à la mi-juillet.

En décembre dernier, le député Mehdi Ben Gharbia avait rejoint le bloc socio-démocrate ce qui lui avait permis de décrocher le poste d’assesseur chargé des affaires des députés au sein du bureau de l’ARP. Cette affaire avait provoqué le parti d’Afek Tounes qui, protestant contre son évincement du même bureau, avait procédé au gel de ses participations aux plénières du Parlement.

Les choses se sont plus compliquées par la suite lors de l’accentuation de la crise de Nidaa Tounes; plus d’une vingtaine de députés dissidents du bloc Nidaa avaient, en janvier dernier, fondé un nouveau bloc, troisième au Parlement, baptisé Al Horra.

Toutefois, il aura fallu attendre que trois députés démissionnent du bloc de l’Union patriotique libre pour aller vers celui de Nidaa Tounes pour toucher le fond côté Parlement; cette manœuvre avait créé une réelle crise au niveau de la coalition des partis au pouvoir et le président de l’UPL, Slim Riahi, ne s’était pas empêché de tenir de graves accusations contre les députés dissidents de son bloc et ceux qui les avaient accueillis au sein de Nidaa Tounes.

LIRE AUSSI: Pour Slim Riahi le véritable président du parti Nida Tounes est l'homme d'affaires Chafik Jarraya

Plus de deux ans après son avènement, l’Assemblée des représentants du peuple continue à peiner pour garder sa structure ne serait ce que pour quelques mois. Ce va et vient des députés entre les différents blocs a été à plusieurs fois dénoncé mais cela n’empêche vraisemblablement personne de continuer à le faire.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.