Huffpost Algeria mg

Sit-in de solidarité avec les cadres de KBC, Amnesty et Human Rights Watch demandent leur libération "immédiate"

Publication: Mis à jour:
Imprimer

Deux organisations non gouvernementales, Amnesty International et Human Rights Watch (HRW) dénonçaient vendredi 01 juillet la mise en détention provisoire de cadres de la chaîne de télévision privée KBC. Un sit-in de solidarité avec Mehdi Benaïssa, Riad Hartouf et Mounia Nedjaï a été observé dans la soirée, devant le Théâtre national algérien (TNA) à Alger-Centre.

Amnesty International a dénoncé les "restrictions frappant les médias" en Algérie. L'ONG a appelé les autorités algériennes à "respecter, protéger et promouvoir la liberté des médias", dans un communiqué publié sur son site Internet.

Amnesty International, qui réagit pour la première fois au climat tendu entre le pouvoir et le groupe El Khabar, a demandé la "libération immédiate et inconditionnelle" de Mehdi Benaissa, directeur de la chaîne de télévision KBC, Ryad Hartouf, responsable de production et Nora Nedjai, déléguée au ministère de la Culture, placés vendredi 24 juin sous mandat de dépôt.

Une décision motivée par de "fausses déclarations" et de "mauvaise utilisation de la fonction", dans le cadre de l’affaire des autorisations de tournage de deux émissions de la chaîne privée, dont Nass Stah.

L'organisation a ensuite dénoncé la "campagne de répression" que subit le même groupe de presse, rappelant le gel du rachat des parts du groupe de presse El Khabar par Ness Prod, filiale de Cevital.

Elle a appelé les autorités algériennes à "harmoniser le Code de l’information, avec la nouvelle Constitution et ses garanties pour la liberté d’expression". Amnesty International a qualifié ce code "d'excessivement restrictif", qui, en pratique, "ne fait que consolider le contrôle de l'Etat sur les médias à travers un régime serré d’autorisations et de régulations sur les propriétaires de publications".

L'ONG a ainsi rajouté que "cette harmonisation sera une bonne opportunité pour revoir et clarifier les dispositions vagues du Code de l’information et le mettre en conformité avec les normes internationales de droits humains".

Les cadres de KBC "doivent être remis en liberté"

Human Rights Watch a de son côté appelé à la libération provisoire de Mehdi Benaïssa, Ryad Hartouf et Nora Nedjaï, dans un communiqué sur son site Internet.

L'ONG a invité les autorités algériennes à "revoir les charges contre eux, incompatibles avec la protection de la liberté d'expression et des médias selon les normes internationales des droits de l’homme et la nouvelle constitution algérienne.

"Celle-ci stipule que les délits de presse ne peuvent être sanctionnés par des peines privatives de liberté", a rappelé HRW.

"Mettre des personnes en prison sous prétexte d’une irrégularité dans les autorisations de tournage est une mesure disproportionnée et qui est plutôt destinée à museler les médias indépendants", a déclaré Sarah Leah Whitson, directrice de la division Moyen Orient et Afrique du Nord à Human Rights Watch, relayé par le même communiqué.

Un sit-in devant le TNA

Un sit-in desolidarité avec les cadres de KBC et Nora Nedjaï a été observé vendredi soir par plus d'une centaines de personnes, devant le Théâtre national algérien (TNA), à Alger-Centre.

Des citoyens, militants et personnalités politiques, journalistes et artistes, dont les animateurs de l'émission "Nass Stah" et membres du personnel du groupe El Khabar exprimaient leur solidarité avec Mehdi Benaissa, Ryad Hartouf et Nora Nedjaï.

Les participants ce sit-in appelaient également à leur libération, brandissant des pancartes "Libérez l'Algérie", "Trop, c'est trop, vous avez dépassé les bornes", "Liberté d'expression" ou "Je ne suis pas un larbin, nous aimons notre pays".

Dimanche dernier, les avocats de la défense du groupe Al Khabar ont ainsi fait appel de la décision du juge d'instruction du tribunal de Sidi M'hamed (Alger), de placer des cadres de la chaîne de télévision privée KBC en détention provisoire.

Cet appel sera examiné le 10 juillet prochain, rappelle-t-on.

Close
Sit-in en solidarité avec Mehdi Benaissa, Ryad Hartouf et Nora Nedjaï
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

LIRE AUSSI: Détention provisoire de cadres de KBC: l'appel de la défense sera examiné le 10 juillet prochain

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.