Huffpost Tunisie mg

Ridha Belhadj sort de son long silence: "Écarter Hafedh Caïd Essebsi est une urgence!"

Publication: Mis à jour:
BELHAJ
Facebook/Ridha belhaj
Imprimer

POLITIQUE - Après qu’il ait démissionné de la direction du cabinet présidentiel et de la présidence du comité politique du mouvement Nidaa Tounes, Ridha Belhadj a préféré battre en retraite.

Suite à l’annonce de l’initiative de Béji Caïd Essebsi concernant la formation d’un gouvernement d’union nationale, Belhadj a repris les devants de la scène avec des déclarations plus polémiques les unes que les autres.

LIRE AUSSI:

Accompagné par Boujemaâ Rmili, Khemaeis Ksila et Faouzi Maâouia, Ridha Belhadj a publié un communiqué, daté du 28 juin 2016, où il appelle à l’écartement urgent de Hafedh Caïd Essebsi du mouvement.

Estimant que le fils du président de la République n’a ni les compétences ni l’expérience requise pour diriger un mouvement du poids de Nidaa Tounes, les quatre signataires ont exigé le départ immédiat du concerné.

Revenant sur la formation du gouvernement d'union nationale, les quatre dirigeants ont estimé qu’il faut garder la formation actuelle et son chef tout en se contentant de changer uniquement quelques ministres.

Répondant à ces appels, le bloc parlementaire du mouvement a, à son tour, publié un communiqué où il exprimé son refus catégorique de l’appel lancé par les quatre dirigeants.

Insistant sur l’importance de l’initiative présidentielle, le bloc du Nidaa a appelé le comité politique à assumer ses responsabilités en sanctionnant toute personne qui ne se soumet pas aux décisions des institutions du mouvement. En ce qui concerne l’évincement de Hafedh Caïd Essebsi, le bloc parlementaire a expliqué que cette demande n’engage que ceux qui l’ont formulée.

Invité de la radio Shems FM, le président du bloc parlementaire de Nidaa Tounes, Sofiene Toubel, a assuré que Ridha Belhadj s’est lui-même chargé de désigner les ministres du premier et du second gouvernement d’Habib Essid.

Selon Toubel, l’ancien directeur du cabinet présidentiel a usé de son poste et de son pouvoir pour servir ses propres intérêts.

De son côté, intervenant sur les ondes de la radio Express FM, Belhadj a porté les mêmes accusations à l’encontre du camp opposé ; pour lui, Hafedh Caïd Essebsi œuvre depuis des mois à l’écartement d’Essid pour pouvoir en profiter.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.