Huffpost Maroc mg

Les conducteurs auront finalement jusqu'au 1er janvier 2017 pour immatriculer leurs motos

Publication: Mis à jour:
MAROC MOTO
DR
Imprimer

TRANSPORT – La grogne des conducteurs de motos légères, pris de court par la décision du ministère délégué chargé du transport d’interdire à partir du 1er juillet les motos non immatriculées, aura servi à quelque chose. Le département vient en effet d’annoncer une prolongation du délai initial jusqu'au 1er janvier 2017.

Et pour cause, "l’opération de régularisation de la situation des motocyclettes, tricycles et quadricycles qui circulent actuellement sur la voie publique connaît des contraintes liées à la délivrance du titre de propriété ou de la carte grise afférents à ces véhicules", indique dans un communiqué le ministère délégué chargé du transport.

"Vu la pression importante que connaissent les centres de contrôle technique et les centres immatriculateurs à l’occasion du commencement de l’opération de contrôle prévu le 1er juillet 2016, et pour garantir la circulation et le roulage de façon normale sur la voie publique durant la période d’été connaissant une hausse de l’activité commerciale, économique et touristique, il a été décidé, à titre exceptionnel, de reporter la date précitée au 1er janvier 2017", explique le département de Najib Boulif.

Des difficultés dans l’application de la loi

Les citoyens "qui n’ont pas encore obtenu le titre de propriété ou la carte grise de leurs véhicules" devront se présenter "sans retard, avant la date susvisée aux services concernés pour procéder à l’opération d’immatriculation de leurs véhicules".

"En cas de non obtention du titre de propriété ou de la carte grise des véhicules en question après la date précitée, ces véhicules seront en infraction sauf si leurs propriétaires possèdent un récépissé délivré par le centre de contrôle technique ou le centre immatriculateurs, justifiant le dépôt du dossier d’obtention du titre de propriété ou de la carte grise afférents à ces véhicules", ajoute la même source.

Mardi, Najib Boulif avait d’ailleurs reconnu devant la Chambre des représentants faire face à des difficultés dans l’application de cette loi. Cette dernière avait été annoncée dès mai 2015 par le gouvernement Benkirane, mais son entrée en vigueur, qui a pris du retard, allait se faire sans qu'il n'y ait suffisamment de communication autour de cette réforme.

Mercredi 29 juin, les conducteurs de motos ont protesté à Casablanca. Mains sur les klaxons, plusieurs d’entre eux se sont insurgés contre le coût des frais nécessaires pour se conformer à la nouvelle réglementation. Pour ceux qui ne régulariseront pas leurs motos avant janvier 2017, ils pourraient voir leurs engins placés en fourrière s'ils ne sont pas identifiés pendant les contrôles.

LIRE AUSSI:

À lire aussi sur le HuffPost Maghreb

Close
Surfer en moto
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction