Huffpost Maroc mg

La croissance économique marocaine en berne au premier trimestre 2016

Publication: Mis à jour:
HCP
La croissance économique marocaine en berne au premier trimestre 2016 |
Imprimer

ÉCONOMIE - Coup de frein sur la croissance économique. Selon le Haut commissariat au Plan (HCP) qui vient de publier une note sur l’arrêté des comptes nationaux du premier trimestre 2016, le Maroc a enregistré une forte baisse du rythme de croissance de l’économie nationale. Le PIB en volume s'est en effet accru de 1,7% durant le premier trimestre 2016 au lieu de 4,7% durant la même période l'année dernière.

"Cette évolution est le résultat d’une baisse de l’activité agricole et d’un rythme d’accroissement modéré des activités non agricoles", indique le HCP. "La croissance économique a été tirée par la demande intérieure, notamment la consommation finale des ménages et l’investissement. Le besoin de financement de l’économie, de son côté, a enregistré une légère hausse et le niveau général des prix a connu un ralentissement de son rythme", ajoute-t-il.

Ainsi, après une forte croissance de 14,9% durant le premier trimestre de l’année 2015, la valeur ajoutée du secteur primaire en volume a enregistré un fléchissement de -7,4% durant la même période en 2016. Une évolution négative qui s'explique par une baisse de l’activité de l’agriculture de 9% au lieu d’une hausse de 13,6% en 2015, et par une moindre augmentation de celle de la pêche à 11,3% au lieu de 31,4%. Pour rappel, l'important retard des pluies qu'a connu le Maroc cette année a eu un impact significatif sur la production agricole.

La valeur ajoutée du secteur secondaire a en revanche réalisé une petite augmentation de 3,1% au premier trimestre 2016 au lieu de 2,7% un an auparavant. Des chiffres positifs dus à la hausse de la croissance dans les secteurs de l’industrie d’extraction, du bâtiment et des travaux publics. Les industries de transformation, de l’électricité et de l'eau ont pour leur part enregistré des baisses de croissance d'une année à l'autre.

La valeur ajoutée du secteur tertiaire a pour sa part affiché une croissance de 2% au lieu de 0,9%, tirée par les croissances positives dégagées par quasiment toutes les composantes du secteur, à savoir les postes et télécommunications, le commerce, les services aux ménages et entreprises, les services rendus par l'Administration publique générale et la sécurité sociale, le transport, les hôtels et restaurants, et les services de l’éducation, de la santé et de l’action sociale. Seuls les services des activités financières et assurances ont enregistré une baisse de 0,3%.

La valeur ajoutée globale réalisée par l’ensemble des activités économiques a ainsi marqué une augmentation de 0,9% ce trimestre au lieu de 3,2% le premier trimestre de l’année 2015, note le HCP.

LIRE AUSSI: