Huffpost Maroc mg

A Fès, un appel pour inscrire la musique arabo-andalouse sur la liste du patrimoine immatériel de l'humanité

Publication: Mis à jour:
HH
A Fès, un appel pour inscrire la musique arabo-andalouse au patrimoine de l'Unesco | DR
Imprimer

CULTURE - La musique arabo-andalouse sera-t-elle bientôt inscrite sur la liste du patrimoine immatériel de l'humanité? C'est en tout cas le souhait du directeur des instituts Cervantès de Rabat et Fès, Javier Galvan Guijo, qui a proposé, lors d'un "dialogue sur la musique andalouse" organisé fin juin à l'institut Cervantès de Fès, la création d'un groupe de travail pour avancer sur ce projet.

Chercheurs universitaires, musicologues, experts et responsables culturels des pays maghrébins et d'Espagne pourraient ainsi se réunir pour élaborer un plan d'action et défendre la candidature de l'inscription de la musique arabo-andalouse sur la liste de l'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (Unesco).

"La musique andalouse est un patrimoine culturel commun aux trois pays du Maghreb: le Maroc, l’Algérie, la Tunisie, et à l’Espagne, et un riche héritage artistique à conserver et sauvegarder", ont souligné les participants à cette rencontre.

M. Guijo, qui est également coordinateur des Instituts Cervantès du Maghreb, a proposé de contribuer à la coordination de l'action des parties concernées pour activer le projet. Il a aussi insisté sur la coopération entre les universités de Grenade et du Maroc, notamment de Fès ou Tétouan, pour dispenser un enseignement approfondi de la musique andalouse.

Tout en déplorant l'ignorance de la musique arabo-andalouse en Europe et sa méconnaissance même au Maroc, les intervenants ont recommandé la diffusion de cette musique en renforçant son enseignement théorique et pratique dans les conservatoires de musique, en multipliant les concerts, les festivals, les enregistrements sur CD et vidéos, et en publiant des ouvrages, archives et études.

En février dernier, le projet visant l'inscription de la musique arabo-andalouse sur la liste du patrimoine immatériel de l'humanité avait été lancé par la Fondation des trois cultures de la Méditerranée qui avait publié, à Séville, un manifeste en appui à cette candidature, à l'occasion d'un concert de musique arabo-andalouse animé par les chanteuses marocaine Samira Kadiri, tunisienne Dorsaf Hamdani et algérienne Lamia Maâdini.

LIRE AUSSI:
Close
Ces artistes judéo-maghrébins qui ont marqué la musique chaâbi
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

À lire aussi sur le HuffPost Maghreb

Close
Les 9 sites marocains classés au patrimoine mondial par l’UNESCO
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction