Huffpost Maroc mg

Les conducteurs des motos légères protestent à Casablanca

Publication: Mis à jour:
Imprimer

TRANSPORT – À compter de ce vendredi 1er juillet, les motos légères non immatriculées seront hors la loi. Pris de court par cette décision du ministère de l’Equipement, du transport et de la logistique, les propriétaires des motos concernées ont décidé de hausser le ton.

Pour dénoncer cette nouvelle loi, ils ont protesté avec leurs motos ce mercredi, notamment à Casablanca, comme on peut le voir dans cette vidéo réalisée par Le360. Mains sur les klaxons, plusieurs d’entre eux s’insurgent contre le coût des frais nécessaires pour se conformer à la nouvelle réglementation.

Cette dernière avait été annoncée dès mai 2015 par le gouvernement, mais son entrée en vigueur, qui a pris du retard, s’est faite sans beaucoup de communication autour. Mardi, Najib Boulif, ministre délégué auprès du ministre du Transport, a abordé le sujet devant la Chambre des représentants.

Des difficultés

"Cette opération s'est heurtée à des difficultés. Nous avons été constamment en contact avec les professionnels du secteur afin de mener ce projet à bien. Nous avons cherché à faciliter l'opération, notamment pour les propriétaires de motos de 50cc et 90cc qui, pour beaucoup d'entre eux, sont très jeunes, et nous avons réduit le nombre de documents qu'ils doivent présenter pour leur faciliter la tâche", a-t-il déclaré en réponse à une question orale.

Et de rappeler que "le 1er juillet est bien le dernier délai pour immatriculer les motos, et si le projet de loi amendant le code de la route est adopté aujourd'hui par la Chambre des représentants, ceux qui ne l'auront pas fait seront soumis à des amendes".

LIRE AUSSI: Les motos légères non immatriculées bientôt hors la loi