Huffpost Maroc mg

Le magazine féminin Illi pourrait mettre la clé sous la porte

Publication: Mis à jour:
illi
Imprimer

MÉDIAS - Le magazine féminin Illi, distribué à près de 10.000 exemplaires par mois, pourrait ne pas fêter ses cinq ans. Ayant fait son apparition dans les kiosques marocains en novembre 2011, le mensuel traverse "une période de turbulence assez grave", confie au HuffPost Maroc une source au sein de l’entreprise de presse.

Résultat: le dernier numéro distribué en kiosques date du mois de mai et le site web est alimenté de façon sporadique. Pourtant, "la rédaction continue de travailler même si plusieurs personnes sont parties. Mais les numéros ne sont pas imprimés", poursuit notre interlocuteur. Et pour cause, le mensuel, propriété de l'éditeur Dalia Médias, n'a pas payé ses dettes auprès de l’imprimerie. Les journalistes, eux, n’ont pas touché leurs salaires depuis trois mois.

Silence de l'actionnariat

La crise s'étend aussi sur le rapport du mensuel avec ses annonceurs. Pour l’ensemble des numéros censés paraître après mai, des encarts publicitaires ont été vendus sur des numéros qui ne seront vraisemblablement jamais distribués en kiosques. "Nous ne savons pas comment leur expliquer, au risque de les perdre. Nous ne comprenons pas tout à fait ce qui se passe nous non plus, faute de communication avec les patrons", déplore notre source.

Du côté de l'actionnariat, c’est silence radio. "L’actionnaire est conscient que les caisses sont vides mais ne veut pas injecter d’argent. Pour ce qui est de nos salaires et de l’interruption de parution, aucun dialogue n’a été entamé. Nous nous retrouvons face à un silence assourdissant", poursuit notre interlocuteur.

Ce n’est pas la première fois que le concurrent principal de Femmes du Maroc traverse une période difficile, mais le magazine n’a jamais cessé de paraître pour autant. Actuellement, la rédaction réfléchit aux différentes issues qui s'offrent à elle et envisagerait de publier un communiqué pour expliquer la situation à son lectorat.

Les féminins dans la tourmente

En plein essor dans les années 2000, la presse féminine francophone, qui dominait le marché publicitaire, a connu un renversement de tendance ces dernières années. Et Illi n’est pas le seul magazine à en payer les frais. Après avoir fait les beaux jours de la presse lifestyle, le mensuel Citadine a abandonné la course fin 2015. Idem pour le mensuel culture et mode de vie Metropolis qui, faute de financements, a dû ralentir son rythme de publication en 2013 avant de stopper définitivement son activité en 2014.

En mars, le régional féminin Madame à Marrakech tirait la sonnette d’alarme et lançait une campagne de crowdfunding afin de sauver les meubles. Une campagne qui n’a malheureusement pas porté ses fruits puisque la somme nécéssaire (5.000 euros) n’a pu être récoltée à temps.

Seuls les arabophones semblent encore tirer leur épingle du jeu, à l’image du mensuel Lalla Fatima qui bat toujours des records de tirages. En 2014, le magazine était imprimé à quelques 59.000 exemplaires chaque mois. Un chiffre qui n’a pas baissé depuis.

Close
5 blogueuses et youtubeuses beauté marocaines incontournables
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

LIRE AUSSI: Dîn wa Dunia, le nouveau mensuel marocain dédié à la question religieuse