Huffpost Algeria mg

Accord avec des historiens et chercheurs pour l'enregistrement des crimes du colonisateur français en Algérie

Publication: Mis à jour:
GERBOISE
AFP
Imprimer

Le ministre des Moudjahidine, Tayeb Zitouni, a déclaré, lundi à Saida, qu'un accord a été convenu avec des historiens et chercheurs pour enregistrer les crimes commis par le colonisateur français en Algérie depuis 1830.

En visitant l’annexe du musée régional des moudjahidine à Saida, Tayeb Zitouni a souligné que son ministère a passé un accord avec des historiens et des chercheurs pour enregistrer et relater tous les crimes et la souffrance du peuple algérien depuis que le colonisateur français a mis le pied sur le sol national.

Dans ce contexte, il a fait état de l'existence d'une cellule activant au niveau du ministère en collaboration avec le Centre des études et recherches sur le mouvement national et la guerre de libération nationale et le musée national pour la collecte de tous les actes et faits commis à l’encontre du peuple algérien de 1830 jusqu’à l’indépendance.

M. Zitouni a ajouté que l'archive en Algérie témoigne des crimes perpétrés par le colonisateur français qui sont "énormes" et de leurs effets et séquelles qui sont visibles sur le terrain, citant, à titre d'exemple les grands invalides de guerre de libération nationale, les barbelés dressés par le colonisateur sur les frontières ouest et est et les guillotines.

Il a également souligné que plus de 2.000 disparus ont été recensés durant la guerre de libération dans les camps, les geôles et les centres de torture et de détention français.

Le ministre a affirmé que son département ministériel dispose de preuves et de documents attestant de ce nombre de disparus.

D'autre part, il a indiqué qu’une autre commission au niveau du ministère œuvre à réunir des hauts faits de la guerre de libération nationale, de la résistance nationale, du mouvement national dans des ouvrages et des bandes audiovisuelles qui seront distribués aux trois cycles scolaires.

Le ministre a mis en garde contre l’existence de parties étrangères à l’autre rive qui tentent d'altérer l’identité algérienne, son histoire, le message de chouhada, de moudjahidine et de la Révolution du 1er novembre, à travers l’écriture de l’histoire à leur guise, à l'ère de l’évolution rapide que connaît le réseau internet.

Le ministre des Moudjahidine a procédé, lors de sa visite dans la wilaya de Saida, à l’inauguration de deux stèles commémoratives portant 260 noms de martyrs des communes de Maamoura et Hassasna.

Au niveau de l’annexe du musée régional des moudjahidine de hai Nasr au chef-lieu de wilaya, le ministre a écouté des témoignages vivants de moudjahidine dont deux ayant participé à la bataille de Ouled Bekhaled de Saida qui a eu lieu en 1959 et qui s'est soldée par la mort de 10 moudjahidine.

Tayeb Zitouni a également remis des médailles à des familles de chouhada et des moudjahidine de la région.

En outre, la visite du ministre a donné lieu à la remise de publications du ministère de tutelle de différents titres au profit de la bibliothèque de l'université "Dr Moulay Tahar" et de la bibliothèque de lecture publique "Ouanzar Abdelkrim" de Saida.

LIRE AUSSI: La restitution des crânes de résistants algériens "prise en charge par l'Etat"

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.