Huffpost Maroc mg

Le décret d'El Ouardi qui exhume le service sanitaire obligatoire

Publication: Mis à jour:
HOUCINE EL OUARDI
RD
Imprimer

SANTÉ - Un projet de décret imposant aux médecins résidents interne de travailler avec l'Etat marocain durant 8 ans avant de pouvoir démissionner a été adopté, vendredi, en Conseil de gouvernement. Le projet de décret permet aussi au ministère de la Santé d'affecter les médecins dans des établissements de santé en manque d'effectifs.

Lors de la séance de questions orales à la Chambre des représentants, mardi 7 juin, Houcine El Ouardi avait annoncé qu'un décret dont "l'objectif sera d'assurer une répartition équitable du personnel de la santé sur le territoire marocain", est en cours d'élaboration par son ministère.

C'est désormais chose faite puisque le Conseil de gouvernement, réuni vendredi 27 juin sous la présidence du Chef du gouvernement Abdelillah Benkirane, a adopté le projet de décret n°2-15-990 modifiant et complétant le décret n°2-91-527, relatif à la situation des étudiants externes et internes et des résidents des Centres hospitaliers.

Pas de démission avant huit ans

Le projet de décret dispose que les médecins spécialistes qui ont été formés aux frais de l'Etat n'ont pas le droit de démissionner avant huit années de service passées après leur sortie, ni de mettre fin à l'engagement sans l'accord du ministère.

La démission n'est acceptée qu'en cas d'empêchement légal, à condition de restituer les frais de formation dont ont bénéficié les personnes concernées le long de la période de leur formation.

Le projet de décret permet aussi au ministère de la Santé d'affecter les médecins résidents contractuels dans des établissements sanitaires en manque d'effectifs et dont la liste sera arrêtée sur décision du ministre de la Santé.

Retour du service sanitaire obligatoire?

Un an plus tôt, le ministre de la Santé déposait un texte de loi visant à rétablir le service sanitaire obligatoire. "Mon département souffre de deux problèmes en matière de ressources humaines. Le premier, c'est le déficit aigu en personnel. Le second, c'est que les ressources humaines sont mal réparties", nous déclarait, en avril 2015, le ministre de la Santé.

Le service sanitaire obligatoire a fait l'objet d'un bras de fer entre le ministère de tutelle et les étudiants en médecine, qui ont rejeté le projet du ministre. Après plusieurs marches de protestations, des grèves et le boycott des cours, les étudiants finissent par obtenir gain de cause, et le ministre de la Santé décide de surseoir au service sanitaire obligatoire, dans l'attente d’arriver à un accord avec les étudiants en médecine. L'adoption du décret permettant au ministère de la Santé d'affecter les médecins résidents internes dans des établissements de santé en manque d'effectifs est-elle une manière de rétablir, sans l'avouer, le service sanitaire obligatoire?

LIRE AUSSI:

À lire aussi sur le HuffPost Maghreb

Close
SOS hôpitaux marocains en détresse
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction