Huffpost Maroc mg

Le rapprochement de l'Istiqlal avec le PJD préfigure-t-il la renaissance de la Koutla?

Publication: Mis à jour:
KOUTLA
Le rapprochement de l'Istiqlal avec le PJD préfigure-t-il la renaissance de la Koutla? | DR
Imprimer

VIE PARTISANE - Le conseil national extraordinaire du Parti de l’Istiqlal (PI), tenu samedi 25 juin, a officiellement avalisé le rapprochement du PI avec le Parti de la justice et du développement (PJD), et la fin de l'alliance du parti avec le Parti authenticité et modernité (PAM).

Lors du conseil national extraordinaire, Hamid Chabat a même repris à son compte le discours du PJD sur le projet "d'attahakoum" (hégémonie, contrôle), porté par le PAM, selon les SG du PJD et du PI. "L'Istiqlal n'acceptera pas d'être contrôlé, ni de servir de passerelle" pour d'autres partis politiques.

La probable alliance de l'Istiqlal avec le PJD, aux côtés du Parti du progrès et du socialisme (PPS) et du Mouvement populaire (MP) préfigure-t-elle une renaissance de la Koutla?

Un rapprochement prévisible

La volonté de Hamid Chabat de se rapprocher du PJD a d'abord été formulée de manière discrète, puis de plus en plus appuyée ces dernières semaines. Au lendemain des élections communales et régionales qui se sont tenues le 4 septembre 2015, la formation présidée par Hamid Chabat s'est progressivement éloignée de l'opposition.

Après une période de flottement, durant laquelle l'Istiqlal a gardé pied dans l'opposition, tout en esquissant quelques timides pas vers la majorité, le souhait de Hamid Chabat de s'allier de nouveau avec le PJD a été tacitement exprimé à maintes occasions, et semble faire consensus au sein de la direction de l'Istiqlal. Les deux partis, tous deux conservateurs, sont, qui plus est, très proches sur le plan idéologique.

Vers une renaissance de la Koutla?

En janvier déjà, lors d'une rencontre organisée par l'hebdomadaire Al Michaal et Le site ChoufTV, en présence du ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement Mustapha Khalfi, du secrétaire général du PPS Nabil Benabdellah, du premier secrétaire de l'Union socialiste des forces populaires (USFP) Driss Lachgar ainsi que du secrétaire général de l'Istiqlal Hamid Chabat, ce dernier a appelé des ses voeux une renaissance de la Koutla, à laquelle le PJD prendrait part.

Si l'Istiqlal a, aujourd'hui, clairement émis le voeu de rejoindre les rangs de la majorité, qu'en est-il de l'USFP? Pour le parti de la rose, ce qui était censé être un retour à l'opposition pour se renforcer sur le plan électoral s'est transformé en une période d'hibernation politique, rythmée de dissensions --opposition d'une partie de la direction de l'USFP, naissance du courant Zaidi, etc.--, plongeant ainsi l'USFP dans l'incertitude. Confrontée à l'usure de sa stratégie politique, l'Union socialiste des forces populaires continue, néanmoins, de se retrancher derrière un discours d'opposition, mâtiné d'idéologie mais désincarné du point de vue politique.

S'opposant (dans ses discours, certes) autant au PAM qu'au PJD --"il est aberrant que le Maroc soit dominé aujourd'hui par deux couleurs politique", se plait à répéter Driss Lachgar--, le parti de la rose ajournera possiblement la résolution de la problématique des alliances, et se contente, jusqu'à présent, d'envoyer messages et signaux contradictoires, aussi bien à ses adversaires qu'à ses alliés.

LIRE AUSSI:

À lire aussi sur le HuffPost Maghreb

Close
De A à X : Un abécédaire électoral
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction