Huffpost Tunisie mg

A la découverte de Khaled Ben Letaief, chercheur tunisien lauréat du IEEE Guglielmo Marconi Best Paper Award

Publication: Mis à jour:
KHALED BEN LETAIEF
Khaled Ben Letaief
Imprimer

Les compétences tunisiennes continuent de briller à l'étranger.

Le Dr. tunisien Khaled Ben Letaief, "prévôt" (N°2 de l'Université: en dessous du Président et au dessus des Vice-Présidents) à l'Université Hamad bin Khalifa au Qatar, a remporté le célèbre IEEE Guglielmo Marconi Best Paper Award 2016 récompensant les recherches dans le domaine de la transmission de l'information.

Il devient ainsi le premier arabe à remporter deux fois ce prix, après une première récompense en 2009.

Intitulée "Group Sparse Beamforming for Green Cloud-RAN", sa recherche a été à l'origine publiée en 2014.

Professeur émérite ayant obtenu son doctorat à l'Université de Purdue aux États-Unis, il a enseigné dans de nombreux pays avant de se poser au Qatar. Il a en outre participé à plus de 500 articles et conférences dans son domaine.

Khaled Ben Letaief a aussi été Doyen de l'École d'Ingénieurs de l'Université des sciences et des technologies de Hong Kong, une école qui occupe la 15 ème place mondiale des meilleures universités du monde en ingénierie.

Preuve de son talent, les nombreux prix reçus tout au long de sa carrière: 6 fois meilleur professeur, 11 prix différents prix décernés par l' "Institute of Electrical and Electronics Engineers" ainsi que de nombreuses autres consécrations.

Contacté par le HuffPost Tunisie, Dr. Khaled Ben Letaief affirme: "La plupart des chercheurs dans le domaine me considèrent comme un chef de file reconnu internationalement dans les communications et les réseaux sans fil avec un intérêt pour la recherche en communication verte, la connectivité des objets, le Cloud Area Radio Networks, et les systèmes 4G".

Détenteurs de 15 brevets en la matière dont 11 déposés aux États-Unis, il est l'un des plus éminents chercheurs dans le domaine: "En raison de l'impact de mes recherches, je suis maintenant un auteur très cité de l 'Institute for Scientific Information'. D'ailleurs, l'agence Thomson Reuters me place parmi les 250 éminents chercheurs dans le domaine de l'informatique et de l'ingénierie" indique Khaled Ben Letaief.

Des États-Unis à l'Australie en passant par le Hong-Kong ou encore le Qatar, Khaled Ben Letaief aura enseigné dans de nombreux pays, mais pas en Tunisie. Ce qu'il regrette, c'est qu'un tel attrait pour la recherche n'existe pas en Tunisie: "Le cas de la Tunisie n'est pas banal, il y a beaucoup de problèmes comme l'absence de la recherche de l'excellence, l'état des installations, le manque de financement et de culture de la recherche" affirme-t-il avant d'ajouter: "Je n'ai pas l'impression que la Tunisie estime vraiment ni qu'elle essaye de tirer des bénéfices de ses chercheurs qui se sont imposés à l'étranger".

Cependant, si pour toutes ces raisons Khaled Ben Letaief trouve des difficultés pour que les grands chercheurs tunisiens à l'étranger puissent s'installer en Tunisie, il indique néanmoins qu'il existe une grande aide pour les étudiants tunisiens: "La Tunisie, c'est notre maison, notre foyer, notre chez nous, et beaucoup de chercheurs tunisiens à l'étranger contribuent à bien des égards, en fournissant des bourses, des stages, des supervisions de thèses à de nombreux étudiants tunisiens".

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.