Huffpost Maroc mg

Au Maroc, des chiens abattus puis brûlés dans une décharge publique

Publication: Mis à jour:
ABATTAGE DE CHIENS
Au Maroc, des chiens abattus puis brûlés dans une décharge publique | Chichaoua Press
Imprimer

CAUSE ANIMALE - L’abattage des chiens est-il devenu banal au Maroc? Après les images insoutenables de chiens abattus à Sidi Moussa dans la région de Salé en février dernier, suivies un mois plus tard d’un massacre de chiens à Ksar El Kébir, d’autres images font polémique sur les réseaux sociaux.

Abattus à coup de fusils puis brûlés à la décharge publique

Les défenseurs de la cause animale et plus généralement les âmes sensibles devront (encore) s’abstenir de voir ces images extrêmement choquantes. Un abattage massif de chiens errants a eu lieu durant le week-end dernier dans la ville de Chichaoua (région de Marrakech), rapporte le site local Chichaouapress.

Si à Salé et à Ksar El Kébir, ce sont les services communaux qui avaient abattu des chiens, à Chichaoua, ce sont des habitants, armés de fusils, qui ont mené ce raid contre les chiens errants de la ville.

Traqués comme des proies, les animaux ont été abattus, empilés ensuite à l’arrière d’une camionnette avant d’être acheminés à la décharge publique où ils ont été brûlés jusqu’à devenir cendres. Près de 130 chiens ont ainsi été tués par les villageois, selon la même source.

Après l’abattage des chiens à Salé ou à Ksar El Kébir, des pétitions avaient été largement signées par les internautes marocains. Des défenseurs de la cause animale et des sympathisants avaient même prévu un sit-in pour dénoncer ce traitement réservé aux animaux.

Des initiatives peuvent pourtant permettre de sauver des chiens et d'autres animaux

L’article 609 du code pénal marocain dispose que "ceux qui occasionnent la mort ou la blessure des animaux soit par l'emploi ou l'usage d'arme sans précaution ou par des jets de pierres ou d'autres corps durs, qui exercent publiquement des mauvais traitements envers les animaux domestiques ou qui les maltraitent par le fait d'une charge excessive sont punis d'une amende de 10 à 120 dirhams". Seulement, cet article souvent brandi par les partisans de la protection animale n’est jamais appliqué.

Face à cette situation, certains n'hésitent pas à lancer des initiatives pour éviter l’abattage des chiens. En avril dernier, le Daily Mail avait révélé le combat de Karl Scarr pour sauver des chiens. Ce Britannique de 52 ans originaire de Cambridge a ouvert à Tanger “le Sanctuaire de la faune“, un refuge pour animaux errants, abandonnés, torturés ou maltraités.

Son refuge accueille entre 150 à 200 chiens mais aussi des ânes, des chevaux qui ont tous ou pour la plupart subi des mauvais traitements. Le combat de Karl Scarr lui a valu d’être surnommé par la presse britannique, “meilleur ami des animaux“.

LIRE AUSSI:

À lire aussi sur le HuffPost Maghreb

Close
Des animaux en voie de disparition
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction