Huffpost Maroc mg

Plus de 100.000 sièges remplis par jour, 3,9 MMDH de CA...l'ONCF en chiffres

Publication: Mis à jour:
ONCF
Imprimer

TRANSPORTS - 4,5 millions de voyageurs transportés, 102.508 sièges remplis chaque jour, 80.000 trains mis en circulation, un taux de satisfaction des clients de 76%, 32 millions de tonnes de marchandises acheminées, 3,9 milliards de dirhams de chiffre d’affaires… Les chiffres bilan de l’Office national des chemins de fer (ONCF) pour la période 2010-2015 donnent le tournis.

Entre 2000 et 2015, le montant des investissements de l’office dirigé par Mohamed Rabie Khlie a été pratiquement multiplié par sept. Les résultats financiers enregistrés durant l’exercice 2015, qui constitue la dernière année du cycle de développement de l’office pour la période 2010-2015, sont globalement bons. Ils ont même dépassé les prévisions budgétaires avec notamment un chiffre d’affaires de 3,9 milliards de dirhams, une valeur ajoutée de 2,6 milliards de dirhams, un excédent brut d’exploitation de 1,5 milliard de dirhams et une capacité d’autofinancement de 874 millions de dirhams

De tels résultats réconfortent l’office pour continuer sur sa lancée en vue de rehausser davantage le niveau de qualité et de compétitivité du mode ferroviaire au service de la mobilité durable, ont commenté les responsables l’office.


88% du contrat-programme réalisé

Pour ce qui est de l’exécution du programme d’investissement, dont l’enveloppe globale s’élève à 32,8 milliards, il a été réalisé à hauteur de 88%. Des projets achevés, comme le programme de sécurisation de la traversée des emprises ferroviaires et celui de la modernisation des gares, ont déjà commencé à enregistrer des retombées positives sur l’exploitation du réseau et son niveau de qualité, assure l’ONCF.

D'autres projets "structurants", tels que le triplement de la voie entre Casablanca et Kénitra, le doublement complet de la ligne Settat-Marrakech et la mise à niveau des lignes de Fès-Oujda et Sidi Kacem-Tanger, sont également bien partis. L’objectif à long terme est "d’améliorer considérablement, voire diversifier, les services offerts aux usagers du train, de doubler la capacité du réseau sur les axes les plus sollicités, de renforcer sa robustesse et d’accompagner la croissance du trafic". C'est sans compter le projet phare de l'Office, à savoir la Ligne à grande vitesse (LGD), premier TGV en Afrique et dans le monde arabe et qui devrait entrer en service en 2018.