Huffpost Algeria mg

Résultat du référendum sur le Brexit: les Britanniques votent la sortie de l'UE

Publication: Mis à jour:
RESULTAT BREXIT
A car sticker with a logo encouraging people to leave the EU is seen on a car, in Llandudno, Wales, February 27, 2016. REUTERS/Phil Noble | Reuters
Imprimer

Les Britanniques ont voté pour une sortie de l'Union européenne, ont projeté les grandes chaînes du pays vendredi 24 juin dans la matinée à l'issue d'un référendum historique.

Le Brexit, ou British Exit, était en tête avec près de 51,7% des voix après dépouillement dans 300 des 382 centres du pays, peu avant 5h00, selon le décompte officiel, grâce à des résultats largement favorables dans plusieurs villes du nord de l'Angleterre et au Pays de Galles.

Un peu après 7h30, le nombre de bulletins dépouillés était suffisant pour que le résultat soit irréversible. Vers 8h00, les résultats définitifs ont donné un victoire du Brexit à 51,9%. Dans la foulée, la bourse de Tokyo a plongé de 5% et la livre sterling est tombée au plus bas face au dollar depuis 1985.

Peu avant les prévisions de la BBC et de plusieurs autres chaînes britanniques, le leader du parti europhobe Ukip, Nigel Farage, a dit commencer "à rêver d'un Royaume-Uni indépendant".

"Si les prévisions se vérifient, ce sera la victoire des vrais gens, des gens ordinaires", avait lancé tôt dans la matinée Farage, cofondateur de l'Ukip en 1993, qui œuvre depuis le début pour un Brexit. "Nous l'avons fait pour l'Europe entière. J'espère que cette victoire va faire tomber ce projet raté et nous guider vers une Europe de nations souveraines", avait-il ajouté.

Les bookmakers, qui donnaient plus de 90% de chances à une victoire du "Remain" à la clôture des bureaux de vote jeudi à 22h00, n'accordaient plus qu'une chance infime au maintien dans l'UE aux premières heures de la matinée.

Suivez la situation en direct ci-dessous :

L'agence de notation Standard and Poor's a dégradé de deux crans lundi la note de la dette du Royaume-Uni, prenant acte du choix des électeurs britanniques de voir leur pays quitter l'Union européenne.

La note de la dette du pays passe de AAA, la meilleure possible, à AA, deux crans en-dessous, selon un communique de S&P, qui anticipe "un contexte politique moins prévisible, moins stable et moins efficace" dans les mois à venir. La nouvelle note est assortie d'une perspective négative, c'est-à-dire qu'elle pourrait être abaissée à nouveau.

Partager: tumblr

Le chef de l'État a appelé lundi, au cours d'une conférence de presse commune avec la chancelière allemande Angela Merkel et le chef du gouvernement italien Matteo Renzi, à "ne pas perdre de temps" pour organiser le départ du Royaume-Uni de l'Union européenne, alors que les Britanniques semblent vouloir temporiser avant de déposer leur demande.

"La responsabilité, c'est de ne pas perdre de temps pour traiter la question du départ du Royaume-Uni", a-t-il déclaré à Berlin.

Les trois dirigeants ont indiqué qu'ils s'opposeraient à des négociations avec Londres "tant qu'il n'y aura pas de demande de sortie de l'UE au niveau du Conseil européen".

"Nous allons présenter une proposition à nos collègues" chefs d'État et de gouvernement de l'UE en vue "de donner une nouvelle impulsion" au projet européen "dans différents domaines au cours des prochains mois", a quant à elle déclaré Angela Merkel.

Partager: tumblr

"Le Royaume-Uni quitte l'Union européenne mais ne doit pas tourner le dos à l'Europe et au reste du monde", a déclaré le Premier ministre David Cameron devant le Parlement, revenu en session lundi après une pause pour le référendum qui a décidé un Brexit.

"Nous devons déterminer le genre de relation que nous voulons désormais avoir avec l'UE", a ajouté David Cameron, précisant que ce sera à son successeur de le faire. Le dirigeant conservateur qui avait milité pour rester dans l'UE avait annoncé sa démission vendredi. Le nom de son successeur doit être connu d'ici le 2 septembre.

Partager: tumblr

Les conservateurs britanniques ont annoncé lundi que le remplaçant du Premier ministre David Cameron serait nommé d'ici le 2 septembre, accélérant le processus de succession.

"Le processus d'élection d'un nouveau leader du parti conservateur devrait commencer la semaine prochaine ( ) et se conclura au plus tard le 2 septembre", a déclaré Graham Brady, responsable du calendrier au sein du parti.

Partager: tumblr

La chancelière allemande Angela Merkel a dit lundi comprendre que le gouvernement britannique ait besoin de temps pour formaliser sa demande de sortie de l'Union européenne, alors qu'en Europe les appels à un divorce accéléré se multiplient.

"Tout d'abord on ne peut pas se permettre une longue période d'incertitude (...) mais que la Grande-Bretagne ait besoin d'un certain temps pour analyser les choses, je le comprends", a-t-elle dit devant la presse après une rencontre avec son homologue ukrainien, Volodymyr Groïsman.

Partager: tumblr

Le gouvernement britannique a annoncé lundi la création d'un département spécial qui va commencer à travailler sur le Brexit et souligné qu'un référendum sur l'indépendance était "la dernière chose" dont l'Ecosse avait besoin.

Le premier ministre David Cameron, silencieux depuis l'annonce de sa démission au lendemain du référendum, a en outre condamné les incidents xénophobes qui ont eu lieu depuis la victoire du Brexit à l'issue du référendum de jeudi, a déclaré un porte-parole.

Partager: tumblr

Dix-huit membres du cabinet fantôme travailliste, soit plus de la moitié de la formation d'opposition, ont démissionné depuis dimanche pour marquer leur désaccord avec leur leader Jeremy Corbyn, accusé de ne pas avoir assez défendu le maintien dans l'Union européenne.

"Il est temps pour toi de te retirer", a écrit lundi, à l'adresse de Jeremy Corbyn, Angela Eagle en charge des entreprises dans le cabinet fantôme dans sa lettre de démission. Avant elle, John Healey, chargé du logement, Lisa Nandy, de l'énergie et Owen Smith, du travail et des retraites avaient annoncé lundi leur démission, faisant suite à celles déjà enregistrées

Partager: tumblr

Le processus enclenché par le vote en faveur du Brexit mettra des "années à se dénouer" et c'est cela "qui va stresser le plus les marchés", explique à l'AFP Matthew Beesley, directeur actions internationales de la société de gestion britannique Henderson Global Investors.

"Les marchés attendaient un maintien. Cela a donc été clairement un gros choc pour eux. Je pense que si tout le monde était préparé à ce qui pouvait se passer en cas de vote pour une sortie, la réalité est toujours un peu différente. Et les investisseurs mettront du temps à comprendre l'ampleur de l'implication de ce changement."

"Pour un investisseur à long terme, comme je le suis, il est vraiment difficile d'évoluer sur le marché un jour comme cela, car vous êtes soumis à d'intenses mouvements de volatilité et d'émotions. Nous avons commencé l'année avec des marchés très déprimés, et ils le sont encore plus désormais."

Partager: tumblr

Le patron du groupe Virgin, Richard Branson, a appelé lundi le parlement britannique à "prendre au sérieux" la pétition signée par 3,6 millions de personnes pour appeler à un deuxième référendum après la victoire du Brexit au vote de jeudi.

"La décision sur l'avenir du Royaume-Uni s'est fondée sur de fausses promesses qui ont poussé une minorité de l'ensemble des électeurs à voter" pour une sortie du pays de l'UE, a écrit sur son blog le milliardaire britannique.

Partager: tumblr

La décision des Britanniques de quitter l'Union européenne a renforcé les incertitudes sur l'économie mondiale, à l'heure où la croissance chinoise ralentit, a déploré lundi le Premier ministre chinois Li Keqiang lors du Forum d'été de Davos.

Les surcapacités industrielles, la stagnation de l'investissement et le déclin de la demande pèsent sur la deuxième économie mondiale, a indiqué M. Li lors de la rencontre des "nouveaux champions", qui a lieu cette année dans la ville portuaire de Tianjin (nord de la Chine).

Le vote britannique de la semaine dernière a déjà eu un impact sur les marchés financiers internationaux et "a apporté au monde de nouvelles incertitudes", selon Li Keqiang.

Il a affirmé que Pékin souhaitait que l'UE demeure unie et stable, et espérait un Royaume-Uni "stable et prospère".

Partager: tumblr

Le leader du camp du Brexit Boris Johnson a assuré que la sortie de l'UE devait se faire "sans précipitation" et tenté de rassurer les Britanniques vivant à l'étranger et les citoyens de l'UE vivant au Royaume-Uni, dans une tribune parue lundi.

Il a aussi appelé les partisans du Brexit à "construire des ponts" avec ceux qui ont voté pour rester dans l'UE, un vote qui laisse le pays profondément divisé, et minoré la perspective d'une indépendance de l'Ecosse.

"Le seul changement -et il ne viendra pas dans la précipitation- c'est que le Royaume-Uni va s'extraire du système de législation incroyable et opaque de l'UE", écrit Boris Johnson dans un éditorial publié dans le Daily Telegraph.

Partager: tumblr

La maire de Paris, Anne Hidalgo et son homologue londonien Sadiq Khan, veulent "travailler ensemble plus étroitement que jamais", quatre jours après le vote des Britanniques pour sortir de l'Union européenne, dans une tribune commune lundi.

"Malgré les résultats du référendum sur l'Union Européenne, nos deux villes doivent travailler ensemble plus étroitement que jamais, afin de concrétiser nos agendas partagés", expliquent les deux édiles dans une tribune publiée par le quotidien Le Parisien et le Financial Times.

"Londres et Paris. Il y a tant qui unit nos deux grandes villes. Une histoire partagée, une culture partagée, des défis partagés, et l'expérience partagée de compter parmi les quelques villes vraiment globales", ont-ils poursuivi.

Partager: tumblr

Le ministre des Finances Michel Sapin s'est montré peu enthousiaste lundi sur l'idée d'un nouveau traité européen, soumise à l'approbation des citoyens par référendum, estimant que la priorité après le Brexit était d'"être dans le concret".

"Dire un nouveau traité, ça n'apporte rien. Il faut dire ce qu'il y a dedans. Sinon ce n'est que de la parole", a estimé sur France 2. Sapin interrogé sur cette proposition formulée, notamment, par plusieurs membres de l'opposition.

"On doit être dans le concret", a-t-il expliqué. "Aujourd'hui, il faut élaborer une réponse, qui d'ailleurs ne sera pas une réponse française, mais une réponse européenne", a-t-il ajouté.

Partager: tumblr

Le ministre britannique des Finances, George Osborne, a prévenu lundi que le Royaume-Uni n'activera l'article 50 pour quitter l'UE qu'au moment opportun, assurant que l'économie britannique était prête à affronter les turbulences provoquées par la décision de quitter l'Union.

"Le Royaume-Uni seul peut activer l'article 50. De mon point de vue, nous ne devrions le faire que lorsque nous aurons une vision claire des nouveaux arrangements recherchés avec nos voisins européens", a expliqué Osborne lors d'un court discours au Trésor, sa première intervention télévisée depuis la décision des Britanniques de quitter l'UE lors du référendum du 23 juin.

Partisan virulent du maintien dans l'UE, Osborne avait fait campagne auprès de son premier ministre, le conservateur David Cameron, pour maintenir l'attachement du pays à Bruxelles.

Partager: tumblr

L'acteur autrichien Christopher Waltz a attaqué dimanche le premier ministre britannique David Cameron pour avoir convoqué le référendum lors duquel les Britanniques ont voté une sortie de l'Union européenne qui est "vraiment stupide".

Waltz, titulaire de deux Oscars et célèbre notamment pour ses rôles dans Inglourious Basterds et Django Unchained, deux films du réalisateur américain Quentin Tarantino, a déclaré lors d'une rencontre avec la presse qu'il était "mort d'inquiétude" devant les dégâts que le succès de la campagne britannique pour quitter l'UE était en train de faire à l'Europe.

"C'est absurde, ce qui se passe. Cette sortie de l'UE n'est pas seulement contreproductive, elle est vraiment stupide", a lancé Christopher Waltz au cours de cette rencontre consacrée à la présentation de son nouveau film, La Légende de Tarzan.

Partager: tumblr

Le chef du parti travailliste britannique Jeremy Corbyn a déclaré qu'il ne démissionnerait pas, malgré les critiques au sein du parti sur son comportement pendant la campagne du référendum sur l'appartenance du Royaume-Uni à l'UE.

Alors que beaucoup de travaillistes lui reprochent de ne pas avoir fait campagne assez énergiquement pour le maintien dans l'UE et que les démissions de responsables du parti se sont succédé, Corbyn a annoncé dans un communiqué dans la nuit de dimanche à lundi qu'il allait rester à son poste.

Jeremy Corbyn a été élu à la tête du Labour en septembre 2015 à la surprise générale mais avec un fort soutien populaire. "Je regrette qu'il y ait eu aujourd'hui des démissions au sein de mon cabinet fantôme. Mais je ne vais pas trahir la confiance de ceux qui ont voté pour moi, ni celle des millions de personnes à travers le pays qui ont besoin que le Labour les représente", a déclaré dans son communiqué le leader du Labour.

Partager: tumblr

François Hollande et Angela Merkel ont "constaté" leur "accord complet sur la manière de traiter la situation" créée par le référendum britannique, lors d'une conversation téléphonique dimanche soir, a rapporté l'entourage du président français.

Angela Merkel et François Hollande, qui poursuivront leurs discussions lundi à Berlin, "souhaitent la plus grande clarté afin de ne laisser aucune incertitude" après le Brexit, a ajouté l'entourage du président français.

Partager: tumblr

Le premier ministre britannique David Cameron ne devrait pas déclencher l'article 50, la clause du traité de Lisbonne qui enclenchera officiellement la sortie du Royaume-Uni de l'UE lors du sommet européen prévu mardi et mercredi à Bruxelles, a affirmé un officiel européen.

"Nous nous attendons à ce que Cameron présente les résultats du référendum (...) nous ne nous attendons pas, à ce stade, à ce que Cameron déclenche l'article 50", a déclaré cette source.

Partager: tumblr

François Hollande a affirmé dimanche que la France et l'Allemagne devaient "prendre l'initiative" après le vote des Britanniques en faveur de la sortie de leur pays de l'Union européenne.

"Un pays ami, un pays allié avec lequel nous avons tant de liens, vient de décider de se séparer de notre union, l'Union européenne, qu'on croyait indestructible, indissoluble", a constaté le président de la République lors de la cérémonie d'inauguration du mémorial de Dun-les-Places (Nièvre), village martyr où 27 hommes avaient été fusillés en juin 1944.

"Il est de la responsabilité de la France et de l'Allemagne de prendre l'initiative, parce que nous avons montré que du malheur, de l'horreur et de la guerre, nous avons été capables de construire une amitié forte et c'est en définitive le symbole de Dun-les-Places", a-t-il ajouté.

"Séparés, nous prenons le risque d'être désunis, en discorde et en querelle (...) Ensemble, nous pouvons gagner pas simplement la paix, mais l'estime des hommes et des femmes de cette belle union qui s'appelle l'Europe", a-t-il conclu.

Partager: tumblr

Les fondamentaux de l'économie britannique sont "suffisamment solides pour faire face à la volatilité des marchés", a assuré dimanche le ministre aux Entreprises Sajid Javid, appelant les entreprises à "ne pas paniquer", trois jours après le non du Royaume-Uni à l'Europe.

"Il n'est absolument pas nécessaire de paniquer", a dit Javid, interrogé par la BBC dimanche matin. Il a ajouté avoir convoqué pour la semaine prochaine une table ronde. Selon la presse britannique cette rencontre aurait lieu mardi, et réunirait plusieurs associations et fédérations d'entreprises, de même que les responsables des chambres de commerce britanniques.

Javid a fait campagne contre un Brexit, et avait mis en garde contre une récession et 500.000 suppressions d'emplois si son pays sortait du Royaume-Uni. Dimanche, il a refusé de confirmer ces sombres prévisions, estimant que l'heure était maintenant à "rassurer les entreprises".

"Si nous travaillons tous ensemble nous pouvons éviter qu'un certain nombre de choses que nous avons prédites se matérialisent", a-t-il ajouté. "Voyons quelles opportunités cela peut créer", a-t-il même dit à propos de ce Brexit.

Partager: tumblr

La décision du Royaume-Uni de quitter l'UE rend plus importante encore l'unité de l'Union pour affronter le défi des crises qui s'aggravent partout dans le monde, a plaidé dimanche la chef de la diplomatie européenne Federica Mogherini.

"Le dessein, l'existence même, de notre Union sont remis en question. Pourtant, nos citoyens et le monde ont besoin d'une Union européenne puissante comme jamais auparavant", avertit Mogherini dans un rapport sur la "Stratégie globale de l'UE".

Ce rapport doit être présenté aux chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union lors de leur réunion mardi et mercredi à Bruxelles, un sommet désormais dominé par les conséquences du Brexit.

"En ces temps difficiles, une Union forte est une Union qui définit une stratégie, partage une vision et agit de concert", explique dans ce document la Haute représentante de l'UE pour les Affaires étrangères et la politique de sécurité. Et "c'est encore plus vrai après le référendum britannique", observe-t-elle.

Partager: tumblr

Le président du Parlement européen Martin Schulz a exhorté dimanche le premier ministre britannique David Cameron à entamer la procédure de sortie de l'Union européenne dès mardi, date à laquelle un sommet européen doit se tenir.

Selon un entretien publié dans le journal Bild, Martin Schulz estime qu'une période de flou "conduirait à davantage d'insécurité, mettant ainsi l'emploi en danger".

"Cette attitude d'hésitation, simplement pour faire le jeu tactique des conservateurs britanniques, nous nuit à tous", poursuit-il. "C'est pourquoi nous comptons sur le gouvernement britannique pour tenir ses promesses dès maintenant et le sommet de mardi sera le bon moment."

Les quatre plus grandes formations du Parlement européen ont également rédigé une résolution invitant David Cameron à engager le Brexit dès mardi, rapporte le journal allemand Frankfurter Allgemeine Sonntagszeitung.

Partager: tumblr

"Le Royaume-Uni pour lequel l'Écosse a voté pour rester en 2014 n'existe plus", a déclaré dimanche Nicola Sturgeon, première ministre d'Ecosse, après avoir souligné qu'un nouveau référendum d'indépendance était "hautement probable" maintenant que les Britanniques ont voté pour sortir de l'Union européenne.

"Je ferai tout pour protéger les intérêts des Écossais", a déclaré Mme Sturgeon sur la BBC. Contrairement aux Anglais, les Écossais ont majoritairement voté pour rester dans l'UE et deux sondages publiés dimanche montrent qu'ils voteraient pour l'indépendance de l'Ecosse en cas de nouveau référendum.

"Ce ne sera pas une répétition du référendum de 2014. Le contexte et les circonstances ont complètement changé", a ajouté la patronne du Parti national écossais (SNP).

En 2014, les Écossais avait voté à 55% pour rester dans le Royaume-Uni. Mais selon un sondage Panelbase pour le Sunday Times, ils seraient 52% à voter pour l'indépendance aujourd'hui. Selon un autre sondage réalisé par ScotPulse, 59% Écossais voteraient pour l'indépendance.

Partager: tumblr

François Fillon, candidat à la primaire de la droite, a expliqué dimanche qu'il ne croyait pas, contrairement à Nicolas Sarkozy, en un nouveau traité ou au recours au référendum pour relancer l'Europe.

"On peut modifier le fonctionnement sans nouveau traité", a estimé l'ancien premier ministre au Grand Rendez-vous Europe 1/iTELE/Le Monde. Sarkozy, président de LR, s'est lui prononcé en faveur d'un nouveau traité, qui pourrait selon lui être adopté "dès la fin de l'année".

"Je pense que ça viendra pour couronner un processus, on est très, très loin aujourd'hui de négocier un nouveau traité", a fait valoir en retour Fillon, qui plaide pour une Europe recentrée sur trois priorités: la compétitivité économique, la défense et l'éducation.

Partager: tumblr

Le secrétaire d'Etat américain John Kerry se rendra lundi à Bruxelles et Londres après la déflagration provoquée en Europe par le vote favorable des Britanniques à la sortie de leur pays de l'Union européenne, ont indiqué dimanche des responsables dans son entourage.

Arrivé dimanche à Rome pour y rencontrer son homologue italien Paolo Gentiloni et le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, M. Kerry se rendra lundi à Bruxelles pour une rencontre avec la chef de la diplomatie européenne Federica Mogherini, initialement prévue dimanche à Rome. Il se rendra ensuite à Londres, selon ces responsables américains.

Partager: tumblr

Plus de la moitié des Écossais sont favorables à l'indépendance de l'Ecosse après la décision majoritaire des électeurs britanniques de quitter l'Union européenne, selon un sondage publié dimanche.

Selon cette enquête de l'institut Panelbase pour le Sunday Times, 52% des Écossais veulent désormais que l'Ecosse se sépare du reste du Royaume-Uni, alors que 48% sont opposés à une telle séparation. Ce sondage a été effectué vendredi et samedi auprès de 620 personnes.

Les électeurs écossais ont rejeté l'indépendance de l'Ecosse lors d'un référendum en 2014. Mais à la suite du Brexit, la Premier ministre Nicola Sturgeon a déclaré que l'organisation d'un nouveau référendum était désormais "hautement probable" afin d'éviter que les Écossais ne se voient exclus de l'UE contre leur souhait majoritaire.

Partager: tumblr

Les organisations patronales française et allemandes appellent l'Europe à "se ressouder" pour répondre au Brexit, notamment dans les domaines de la sécurité, de la défense et des services financiers, dans un appel commun publié en France par le Journal du Dimanche.

"L’Europe doit se ressouder, retrouver confiance et passer à l’offensive", indiquent dans cet appel le Medef et les deux grandes organisations patronales allemandes BDI (Fédération allemande de l'Industrie) et BDA (Confédération des employeurs), par la voix de leurs présidents respectifs Pierre Gattaz, Ulrich Grillo et Ingo Krame.

Notant que le Brexit "place l’Europe dans une zone de fortes turbulences", les dirigeants des trois organisations patronales appellent le moteur franco-allemand, "plus que jamais indispensable à cette intégration, (à) retrouver sa vigueur".

Ils demandent aux dirigeants des deux pays de "rappeler solennellement leur engagement en faveur des valeurs de l’Europe", et de renforcer la coopération européenne en matière de politique étrangère, de sécurité et de lutte anti-terrorisme "y compris par le passage à la majorité et non plus à l’unanimité au Conseil européen des chefs d’État ou de gouvernement".

Partager: tumblr

Une trentaine de personnalités de la culture, de la société civile et de la politique appellent, dans une tribune publiée dimanche par sept journaux européens, dont le Journal du Dimanche en France, à "réinventer l'Europe".

"Nous respectons le vote des citoyens britanniques, et nous le regrettons. Mais il est crucial de ne pas laisser le Brexit détourner notre énergie. Tout au contraire, il peut et doit servir à la raviver. Les Européens doivent se réinventer, et relever des défis collectifs considérables", écrivent les signataires.

Partager: tumblr

Le patron des centristes de l'UDI, Jean-Christophe Lagarde, a jugé que la sortie du Royaume-Uni de l'UE devait être "la plus rapide possible" et que la France devait être "à l'initiative" pour réfléchir à de nouveaux traités.

"Les Britanniques ont choisi de quitter l'UE, ils doivent le faire vite, ils doivent le faire clairement", a déclaré Jean-Christophe Lagarde à l'issue d'un entretien à l'Elysée avec François Hollande au sujet du Brexit.

"C'est une séparation claire. Évidemment les Britanniques restent nos amis et nos alliés, mais ce ne sont plus des partenaires, ce sont des concurrents", a-t-il estimé. "Cette sortie doit être la plus rapide possible pour que ne pèse pas sur l'Europe l'incertitude que les Britanniques ont voulu pour eux mêmes", a-t-il insisté.

Partager: tumblr

Nicolas Sarkozy, président de LR, n'exclut pas le recours au référendum au sujet d'un éventuel nouveau traité européen, qu'il appelle de ses voeux, dans une interview qui sera diffusée dimanche sur France 2.

"Je crois qu'il ne faut pas avoir peur du peuple: si l'idée européenne, on n'y croit pas et si elle ne supporte pas l'épreuve du référendum, c'est qu'on fait fausse route", explique l'ancien chef de l'Etat dans l'émission "13h15 le dimanche" que l'AFP a pu visionner samedi.

Selon lui, il faut "utiliser sciemment" la question du référendum. Il a ainsi estimé que le référendum de 2005 sur la Constitution européenne était trop complexe. Mais, a-t-il ajouté, "si j'appelle à une refondation de l’Europe avec un nouveau traité, (..) alors la question du référendum se posera".

Partager: tumblr
Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.