Huffpost Maroc mg

Selon l'ONUDC, le Maroc reste le premier producteur mondial de cannabis

Publication: Mis à jour:
CANNABIS
Selon l'ONUDC, le Maroc reste le premier producteur mondial de cannabis | Shutterstock / Stephane Bidouze
Imprimer

DROGUES – Malgré ses efforts pour réduire les plantations de cannabis sur son territoire, le Maroc demeure le premier producteur mondial de haschich. C’est ce qui ressort du rapport annuel de l'Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC), publié jeudi 23 juin.

"L’Europe, l’Afrique du Nord, ainsi que le Proche et le Moyen-Orient demeurent les principaux marchés de la résine de cannabis, toujours produite en majeure partie au Maroc et en Afghanistan, comme le montrent les informations fournies par les États membres concernant la provenance de la résine saisie", explique l’institution onusienne.

"Les Amériques, suivies par l’Afrique, restent les régions où l’on enregistre les plus fortes production et consommation d’herbe de cannabis: en 2014, les trois quarts environ des saisies mondiales d’herbe ont été réalisées dans les Amériques, surtout en Amérique du Nord tandis que 14 % l’ont été en Afrique et 5 % en Europe", indique l’ONUDC dans son rapport.

Consommation stable

Selon l’office, qui a pour mission d’assister les États membres dans la réalisation de l’objectif de sécurité et de justice pour tous en rendant le monde plus sûr face à la criminalité, à la drogue et au terrorisme, la consommation mondiale de cannabis est restée relativement stable ces dernières années et ce, "malgré les changements majeurs qui sont apparus dans certaines régions".

En 2014, 3,8 % de la population mondiale en avait consommé durant l’année écoulée, une proportion qui n’a pas évolué depuis 1998. "Compte tenu de la croissance de la population mondiale, cette situation s’est traduite par une augmentation du nombre total de consommateurs sur la même période", précise l’ONUDC.

Aussi, selon ce dernier, la culture du cannabis reste la plus répandue des cultures de plantes servant à produire des drogues dans le monde. Elle est suivie par celles du pavot à opium, signalée par 49 pays, d’Asie et des Amériques principalement, puis de la coca, signalée par sept pays des Amériques. "S’il y a eu une forte hausse des saisies de drogues de synthèse, le cannabis reste la drogue dont le trafic est le plus répandu dans le monde", souligne le rapport.

Des effets dévastateurs de la drogue

Sur un plan plus général, l’ONDUC estime qu’un adulte sur 20 a consommé au moins une drogue en 2014. "Cela représente 250 millions de personnes âgées de 15 à 64 ans, chiffre équivalant approximativement aux populations de l’Allemagne, de la France, de l’Italie et du Royaume-Uni" toutes réunies. "C’est beaucoup", regrette l’organe de l’ONU.

Et d’ajouter : "Étant donné que plus de 29 millions de consommateurs de drogues souffriraient de troubles liés à cet usage, que 12 millions d’entre eux pratiqueraient l’injection et que 14,0 % de ceux-ci vivraient avec le VIH, on peut affirmer que la consommation de drogues continue d’avoir des effets dévastateurs sur la santé".

L'édition 2015 du rapport de l'Organe international de contrôle des stupéfiants (OICS), publié en mars dernier, indiquait aussi que le Maroc était toujours un des plus importants exportateurs et fournisseurs de résine de cannabis dans le monde. Deux tiers des saisies qui ont eu lieu en Europe en 2013 ont été faites en Espagne, principale porte d'entrée de la drogue marocaine dans le continent .

L'OICS avait aussi indiqué que les actions du gouvernement marocain ont contribué à faire baisser la superficie des cultures de cannabis. Les autorités du pays ont déclaré une superficie de 47.196 hectares de cultures en 2013, soit 9.2% de moins qu'en 2012. Selon l'organisme, le cap des 34.000 hectares est atteignable d'ici 2020.

Aussi, selon les données de l’Organisation mondiale des douanes, "116 tonnes de résine de cannabis saisies, soit 65% de la quantité totale saisie à l’échelle mondiale, proviennent du Maroc".

LIRE AUSSI: