Huffpost Tunisie mg

Le Front populaire boycotte l'initiative présidentielle: Béji Caïd Essebsi exprime sa déception

Publication: Mis à jour:
BCE
Facebook/présidence de la république
Imprimer

A l’issue d’une réunion tenue le 18 juin, le secrétaire-général d’Al Massar, Samir Taïeb, a déclaré que le Front populaire (FP), Al Massar, la coalition du pacte de l’Union des forces patriotiques progressistes, Al Jomhouri et le Mouvement Echaâb se sont mis d’accord pour élaborer des propositions communes qu’ils présenteront le 22 juin à la réunion des concertations au palais de Carthage.

Toutefois, et quelques heures avant la tenue de la réunion de Carthage, les dirigeants du Front populaire ont organisé une conférence de presse durant laquelle ils ont annoncé leur boycott de la séance.

Jilani Hammami, député du FP, a qualifié l’initiative présidentielle de pièce théâtrale qui ne réussira probablement pas à aboutir à la formation d'un gouvernement d’union nationale.

LIRE AUSSI:

Le député a expliqué que la note du chef de l’Etat comprend une close qui tente de criminaliser les protestations sociales et une autre qui essaie de faire passer le projet de loi de la réconciliation économique et financière. Hammami n’a pas exclu la possibilité d’organiser un nouveau sit-in pareil à celui d’Errahil de l’été 2013.

De son côté, le porte-parole du Front populaire, Hamma Hammami, a estimé que la proposition du président de la République est anticonstitutionnelle.

Pour lui, l’initiative de former un gouvernement d’union nationale survient pour aider la coalition des partis au pouvoir de dépasser leurs conflits et le mouvement de Nidaa Tounes à récupérer sa place d’antan sur la scène politique.

Au début de la réunion du 22 juin, Béji Caïd Essebsi a exprimé sa déception de voir les chaises des représentants du Front populaire vides.

Il a tenu à expliquer que la présidence de la République a convoqué uniquement les partis politiques qui ont réagi positivement à l’initiative en question: le chef de l’Etat a révélé que sa dernière rencontre avec les leaders de la coalition de la Gauche a duré plusieurs heures et qu’il en est sorti avec la conviction qu’ils étaient tous convaincus par la nécessité d’aller vers une pareille formation gouvernementale.

Rappelons qu’à l’issue de la réunion, une commission, composée par des représentants de toutes les parties prenantes au dialogue, a été chargée d’élaborer une feuille de route des prochaines étapes à suivre afin de mettre les premières pierres du prochain gouvernement.

Intervenant sur les ondes de la radio Shems FM, la conseillère auprès du président de la République, Saida Garrach, a déclaré que le nom du successeur de l’actuel chef du gouvernement, Habib Essid, sera dévoilé avant la fête de l’Aïd.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.