Huffpost Maroc mg

Verbalisé pour avoir tenu la main de sa petite amie à Rabat, un étudiant témoigne

Publication: Mis à jour:
Imprimer

FAIT-DIVERS - Faire le ramadan en pleine période de canicule peut transformer certains contrôleurs des transports en commun en policiers des moeurs. C’est ce qui est arrivé mercredi 22 juin dans une rame de tramway à Rabat. Et c’est Sumaili Ndeba Bienvenu, un étudiant congolais de 23 ans à la Faculté des sciences de Rabat, qui en a fait les frais.

Alors qu’il tenait la main à sa petite amie marocaine dans une rame en direction du quartier universitaire, il a vécu une mésaventure avec un contrôleur du tramway. L'histoire a, depuis, circulé massivement sur les réseaux sociaux et suscité l’indignation générale.

”J’étais avec ma copine dans le tramway. Elle était stressée pour ses examens finaux donc je lui ai tenu la main pour la consoler. Il y avait un contrôleur à l’autre bout de la rame qui s’est approché de nous. Il a demandé à ma copine si elle était marocaine, question à laquelle elle a répondu par oui. C’est là qu’il a commencé à la sermonner et à lui dire que ce qu’elle faisait était honteux”, raconte au HuffPost Maroc Sumaili Ndeba Bienvenu.

Une situation qui a mis mal à l’aise le jeune étudiant, surtout que le contrôleur parlait à sa copine en arabe, langue qu’il ne comprend pas. ”Je me sentais exclu de la conversation, c’était mal parti. Je lui ai demandé de m’expliquer quel était le problème. Il m'a répondu que si on voulait faire nos actes d’amour on n’avait qu’à trouver un autre endroit, tout en me menaçant d’appeler la police”, poursuit le jeune homme.

La société Tramway Rabat-Salé présente ses excuses

Les discussions ont continué jusqu’au moment où le couple est arrivé à destination et devait quitter le tramway. ”C’est là qu’il s’est emparé de nos cartes et a dressé un PV pour attentat à la pudeur, ce qui entraîne le paiement d’une amende auprès de la société de tramway”, nous confie l’étudiant congolais, qui ne comprenait toujours pas les motivations du contrôleur. ”Je ne comprends pas si c’est de l’intolérance religieuse ou un acte raciste”, s’interroge Sumaili Ndeba Bienvenu, soulignant que ”d’autres personnes se tenaient la main sans que cela ne provoque des réactions aussi vives”.

”Je compte poursuivre cet homme. Il faut que cela serve de leçon à tous ceux qui font des excès de zèle et s’érigent en contrôleurs de la morale. J’ai regardé dans le règlement du tramway, il n’y a rien qui fait référence à l’attentat à la pudeur. C’est un abus de pouvoir”, nous confie le concerné.

Moins de 24 heures après les faits, la société Tramway Rabat-Salé a publié un communiqué sur sa page Facebook dans lequel elle présente ses excuses: ”Nous sommes tout à fait conscients du caractère inacceptable de ce comportement, qui ne rentre pas dans les fonctions d’un contrôleur. Ce procès verbal en question a été annulé immédiatement par le responsable du contrôle dès qu’il a pris connaissance des faits hier soir, le 22 Juin”, précise l’entreprise de transport, qui souligne qu’il s’agit d’un ”comportement isolé qui ne correspond à aucune consigne et qui ne peut en aucun cas compromettre l’ensemble d’une équipe, qui veille jour et nuit sur le bon fonctionnement du Tramway Rabat-Salé”.

LIRE AUSSI: