Huffpost Maroc mg

Comment Zidane et le Real ont aidé l'Espagne à récupérer l'île Leila (ou Perejil)

Publication: Mis à jour:
ILE
Comment Zidane et le Real ont aidé l'Espagne à récupérer l'île Leila (ou Perejil) | Wikipedia
Imprimer

ESPAGNE - Non contents de ravir les supporters madrilènes chaque semaine, le Real Madrid et Zinedine Zidane ont (métaphoriquement) aidé l'Espagne à récupérer l'île de Perejil, également appelée Île Leila.

Souvenez-vous, durant l'été 2002, ce petit îlot avait cristallisé toutes les tensions maroco-espagnoles. Le 10 juillet, des militaires marocains avaient débarqué sur la petite île espagnole située à 200 mètres des côtes du royaume. A l'époque, le Maroc affirme que cette initiative avait été prise pour "lutter contre le trafic de drogue et l'immigration clandestine". L'Espagne a vu d'un mauvais oeil cette entrée marocaine sur son no man's land de moins d'un kilomètre carré où pousse surtout du persil (perejil dans la langue de Cervantes).

Une semaine plus tard, le 17, l'Opération Romeo Sierra est lancée, plusieurs bateaux de guerre et des soldats sont mobilisés pour récupérer l'îlot. Le tout aurait coûté près d'un million d'euros selon certains médias espagnols, ce qui fait assez cher la touffe d'herbe. Aujourd'hui, c'est le quotidien sportif Marca qui revient sur cet épisode avec une anecdote assez surprenante.

"Zidane passe à l'attaque et marque à Bernabeù"

Cette opération militaire surprise demandait bien un peu de discrétion. Mais comment les militaires pouvaient-ils synchroniser leur dispositif sans que le Maroc ne détourne leurs conversations? En utilisant des noms de code. Et c'est à cet effet que l'armée espagnole à utilisé l'arme la plus efficace contre tout marocain qui se respecte: le football espagnol. Perejil était donc Bernabeù (nom du stade du Real Madrid), Sebta était le Camp Nou (stade du Barça), Zidane était utilisé pour parler des 28 bérets verts qui ont été hélitreuillés sur la "pelouse" du Real. La personne en charge de la création de ce code était sans doute un madrista confirmé, comme le souligne un historien auprès de Marca. Quelques temps avant cette petite crise politique, le Real avait remporté sa neuvième ligue des champions, notamment grâce à une superbe reprise de volée de Zidane. Il fallait bien marquer le coup...

LIRE AUSSI:
Close
L'amitié de Cristiano Ronaldo et de Badr Hari en images
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée