Huffpost Maroc mg

Le syndic de la Samir obtient un délai supplémentaire de 6 mois pour redémarrer la production

Publication: Mis à jour:
SAMIR RAFFINAGE
Le syndic de la Samir obtient un délai de 6 mois supplémentaires pour redémarrer la production | AIC Press
Imprimer

ENERGIE- Après la confirmation de la liquidation judiciaire de la Samir et le recours à l’arbitrage de l’actionnaire principal, voici un nouveau chapitre de l’après Samir. Le syndic de la Société anonyme marocaine de l'industrie du raffinage a obtenu mardi 21 juin du tribunal de Commerce de Casablanca, un délai supplémentaire de 6 mois pour le redémarrage de l’activité, rapporte l’agence Reuters.

En mars dernier, le syndic de la Samir avait déjà obtenu du tribunal un délai de 3 mois. Cela porte donc à 9 mois la durée accordée à la raffinerie de Mohammedia pour relancer la production d’une capacité de 200.000 barils de pétrole par jour. Mais le redémarrage pourrait se heurter à des obstacles de livraison.

"Nous avons pas encore reçu le brut nécessaire, mais c’est en bonne voie", a indiqué à Reuters une source ayant requis l’anonymat. La société de raffinage avait engagé en mars dernier, via un appel d’offres, des négociations avec des exportateurs pour la livraison de 8 millions de barils de pétrole brut. Seulement, la production de 200.000 barils par jour pourrait ne pas être suffisante.

Selon des données de la US Energy Information Administration reprises par l'agence de presse, la consommation de produits de produits raffinés nécessiteraient la production de 300.000 barils par jour, ce qui fait du Maroc, le cinquième consommateur en Afrique.

Croulant sous le poids de dettes estimées à 44 milliards de dirhams, la Samir avait été contrainte de stopper sa production en août 2015 avant qu’une décision du tribunal de Commerce de Casablanca, confirmée par la cour d’appel n’acte sa liquidation judiciaire. L’actionnaire principal, le milliardaire saoudien Mohamed Al Amoudi, avait décidé de recourir à l’arbitrage international afin d’obtenir des dommages et intérêts. Le redémarrage de la raffinerie a pour but de persuader un investisseur de reprendre les activités de la société cotée la Bourse de Casablanca depuis 1996.

LIRE AUSSI:
Affaire Samir: Enquête au cœur du système Ba-AmerCrise de la Samir: Les créanciers de la raffinerie passent à l'attaque
Samir: À une semaine du verdict, les salariés à l'heure des inquiétudesAffaire Samir: Al Amoudi traîne le Maroc devant les tribunaux européen et américain

À lire aussi sur le HuffPost Maghreb

Close
Ces Marocains à la conquête de l'Afrique
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction