Huffpost Maroc mg

Sondage: Êtes-vous en faveur de l'abrogation de l'article 222 qui punit les "déjeûneurs" pendant le ramadan?

Publication: Mis à jour:
SONDAGE
Sondage: Êtes-vous en faveur de l'abrogation de l'article 222 qui punit les "déjeûneurs" pendant le ramadan? | DR
Imprimer

CODE PÉNAL- Chaque année c'est la même histoire. Le mois de ramadan apporte avec lui son lot de débat sur l'abrogation de l'article 222 du code pénal, qui punit d'un à six mois d'emprisonnement et d'une amende de 200 à 500 dirhams quiconque "notoirement connu pour son appartenance à la religion musulmane, rompt ostensiblement le jeûne dans un lieu public pendant le temps du ramadan, sans motif admis par cette religion".

Plusieurs Marocains ont d'ores et déjà été touchés par cette loi depuis le début du mois sacré. Un homme a par exemple été arrêté à Rabat pour avoir fumé une cigarette sur le balcon de son lieu de travail. Il avait été dénoncé à la police par un des responsables des ressources humaines de son entreprise. Deux autres ont été poursuivis en justice pour avoir bu de l'eau à Zagora à cause de la chaleur, deux à Essaouira pour avoir mangé en public...

Des interpellations que contestent régulièrement les mouvements pro-libertés individuelles. Et même le religieux Ahmed Raissouni, ancien chef du Mouvement de l'unicité et de la réforme (MUR), s'est joint à la cause en se déclarant en faveur de l'arrêt des sanctions envers les "déjeûneurs"

Aujourd'hui, la rédaction du HuffPost Maroc vous propose de vous exprimer sur le sujet:

LIRE AUSSI:
Close
Les traditions culinaires marocaines du ramadan selon les régions
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée