Huffpost Algeria mg

La bavure de la coupure internet durant le bac : une mauvaise manipulation d'un gros BRAS (Reporters)

Publication: Mis à jour:
Imprimer

algeria internet
La coupure générale d’Internet qui a suivi dimanche le blocage des réseaux sociaux serait le fait d’une grosse bavure, rapporte lundi le journal Reporters.

Une source à Djaweb, filiale du groupe d’Algérie Télécom qui gère les accès à Internet a expliqué au journal qu’une erreur a transformé un blocage ciblé sur les réseaux sociaux en liaison avec l’organisation du baccalauréat en blocage de tous les accès à Internet.

"Internet n’a pas été coupé, mais le blocage ciblé, qui ne devait concerner que les réseaux sociaux, est parti en vrille et tous les accès à Internet ont été malencontreusement verrouillés au niveau du BRAS [Broadband Remote Access Server], situé à Ben Aknoun" a indiqué la source citée par le journal.

Du coup, tout le monde en Algérie a passé le bac dimanche avec un BRAS coupé qui a rendu le Net inaccessible. Un BRAS mal manipulé en quelque sorte pour dire simplement les choses à fermer l’accès l’internet et pas seulement aux réseaux sociaux devenus la hantise depuis que les fuites du baccalauréat y ont connu une large diffusion.

LIRE AUSSI :
Le pouvoir échoue au Bac et impose à l'Algérie un 19 juin numérique
Les réseaux sociaux bloqués, les internautes furieux et moqueurs, le VPN fait fureur

Le BRAS, lit-on sur Wikipedia, est le premier saut IP que rencontre le trafic sortant d'un utilisateur d'ADSL, il est aussi responsable de l'authentification et de comptabilité (souvent via un système de proxy RADIUS) et de l'assignation d'adresse IP.

C’est donc au niveau du BRAS, à Ben Aknoun, que la «bavure » a eu lieu. Elle a d’autant plus suscité des sarcasmes des internautes qu’elle neutralisait, en verrouillant tous les accès, la réponse par les VPN (Virtual Private Network) que les Algériens ont découvert avec enthousiasme à cette occasion.

Une mauvaise manip

Ce lundi, l’accès à Internet se fait sans encombres et il n’est même pas nécessaire de recourir au VPN pour accéder à facebook, twitter… Que s’est-il passé pour ce «19 juin numérique » ? Un problème de «compétence » indique la source de Reporters.

"Les gens censés gérer les blocages ont mal manipulé la plate-forme ; il fallait soit bloquer les réseaux sociaux en verrouillant les ports - accès -, ce qui empêche tout trafic Internet sur ces ports : 1080, 3128 et 8080 étant les plus communs et les plus utilisés», confie notre source, «soit simplement filtrer les DNS et ‘‘black-lister’’ ceux des réseaux sociaux».

Bref, il s’agit d’une «mauvaise manipulation de la plate-forme logicielle» qui a amplifié jusqu’à l’absurde une décision politique très controversée de bloquer les réseaux sociaux.

Younès Grar, consultant en technologie de l’information et de la communication (TIC) souligne le paradoxe d’un gouvernement qui crée un ministère de l’Economie numérique et « procède à une solution radicale, en coupant Internet à tous les abonnés, sans distinction». La mesure a sanctionné "près de 2 millions pour l’ADSL et parallèlement 16 millions pour la 3G, des trois opérateurs télécoms"a-t-il relevé.

En 2017, on coupera encore l’Internet ? Et si, comme le suggèrent certains, on réformait le baccalauréat pour le rendre moins "anxiogène" ? Younes Grar a rappelé que certains pays, notamment anglo-saxons, ont supprimé cet examen.».. Histoire d'éviter les mauvaises manipulations des gros BRAS.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.