Huffpost Algeria mg

APN: le député Tahar Missoum interdit de participer aux travaux de 06 séances plénières

Publication: Mis à jour:
TAHAR MISSOU
Capture écarn
Imprimer

Le président de l'Assemblée populaire nationale (APN) Mohamed Larbi Ould Khelifa a interdit au député Tahar Missoum, populairement connu par le député "spécifique", de prendre la parole et de participer aux travaux de six (06) séances plénières après sa conduite "incorrecte" au sein de l'hémicycle et son exploitation de cet espace pour "insulter et injurier" les cadres de l'Etat.

"Vu les comportements incorrects et répétés du député Tahar Missoum au sein de l'hémicycle et son exploitation de cet espace pour insulter et injurier les cadres de l'Etat jusqu'à porter atteinte à leur honneur et dignité, et après l'avoir averti de se conformer au règlement intérieur, après plusieurs avertissements pour s'en tenir au sujet du débat, il a été décidé conformément aux clauses du règlement intérieur de l'APN notamment les articles de 75 à 78 relatifs aux mesures disciplinaires, d'interdire à ce député de prendre la parole et de participer aux travaux de six séances plénières et ce afin d'éviter de tels comportements déplorables qui ne cadrent pas avec la noble mission de député", souligne dimanche un communiqué de l'APN relayé par l'Agence de presse algérienne (APS).

Selon la même source, "le concerné a été informé de ces mesures".

Cette sanction intervient quelques jours après que le concerné ait accusé le ministre de l'industrie d'être "le fils d'un harki" et de dire son refus d'être "gouverné par un gouvernement composé de traîtres ou de leurs fils". La vidéo en question avait largement circulé sur les réseaux sociaux et les écrans de télévisions privées offshores.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.