Huffpost Algeria mg

Les réseaux sociaux bloqués, les internautes furieux et moqueurs, le VPN fait fureur

Publication: Mis à jour:
LKNQSD
Facebook
Imprimer

Les réseaux sociaux, notamment Facebook et Twitter, sont inaccessibles depuis samedi 18 juin en Algérie, à la veille des examens partiels du baccalauréat. La coupure a vite suscité le courroux des internautes algériens, qui s’affichent néanmoins moqueurs face à cette mesure, la contournant en toute simplicité grâce aux réseaux privés virtuels (VPN).

Cette coupure des réseaux sociaux, annoncée cette semaine par plusieurs sites d’informations, a cette fois-ci été confirmée par un responsable au ministère de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication (PTIC), contrairement à la coupure opérée lors de la première session du baccalauréat fin mai 2016.

Cette mesure a une relation directe avec les examens partiels de la seconde session, qui débutent ce dimanche 19 juin. Le même responsable, relayé par l’agence de presse officielle (APS), a fait savoir que cette coupure a pour but de "protéger les candidats de la publication de faux sujets de ces examens" sur ces plates-formes.

Il a affirmé que Internet fonctionne normalement, les réseaux sociaux étant les seuls sites inaccessibles.

LIRE AUSSI: 557.000 candidats concernés par les épreuves partielles du baccalauréat

Les internautes furieux

Ce modus operandi a rapidement suscité la colère des internautes, furieux contre une mesure que certains qualifient de "radicale" ou d’"extrême".

Les utilisateurs des réseaux sociaux regrettaient ainsi de "faire les frais de quelques fraudeurs au baccalauréat", dénonçant "une solution de facilité", voire "une incompétence" derrière cette coupure.

Certains, sur Facebook, vont jusqu’à dire que cette coupure est une "atteinte à la liberté individuelle" et reflète le "niveau amateur" aux ministères de l’Education et des TIC.

Le VPN fait fureur

Les plus avertis des internautes algériens ont préféré se moquer de cette coupure "absurde" des réseaux sociaux, qu’ils contournent, en toute simplicité, à travers les réseaux privés virtuels (VPN).

Il s’agit de systèmes qui permettent à leurs utilisateurs de surfer sur Internet en tout anonymat et de contourner les blocages locaux grâce à des proxies.

Les internautes se connecteront ainsi à un serveur VPN localisé à l’étranger, pour avoir, grâces à des adresses IP étrangères, l’accès aux sites bloqués par leurs fournisseurs d’accès à Internet, Algérie Télécom dans le cas des Algériens.

Sur Facebook, les utilisateurs s’amusent à publier le hashtag "#JeSuisVPN". Sur Twitter, c’est sous le hashtag "الجزايريين_و_VPN" que des internautes algériens, des candidats aux examens du baccalauréat notamment, "narguent" la décision des ministères de l’Education et de la PTIC.

Ils font de même sur les pages officielles du ministères de l’Education et de Nouria Benghebrit.

Sur des groupes Facebook, dont "DZ Développeurs", des personnes averties du domaine partagent leurs solutions, suggérant les différents VPN gratuits sur PC ou sur mobiles.

La solution a fini par figurer dans la nuit du samedi à dimanche parmi les tendances les plus recherchées par les Algériens sur Google Trends.

vpn

Dimanche matin, les perturbations se sont poursuivies dimanche. Selon plusieurs internautes, le réseau Internet est désormais perturbé dans son intégralité.

Contactée par l'APS au sujet des ces interruptions , la direction générale de l'Autorité de régulation de la poste et des télécommunications (ARPT) a de son côté indiqué "ne pas avoir de commentaires à faire" sur la question.

LIRE AUSSI: Un centre de traitement de la dépendance aux réseaux sociaux, notamment Facebook, voit le jour à Constantine

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.