Huffpost Algeria mg

GB: inculpation du meurtrier présumé de Jo Cox, hommage national

Publication: Mis à jour:
Imprimer

jo cox
Le meurtrier présumé de la députée Jo Cox a été inculpé pour homicide volontaire, a annoncé dans la nuit de vendredi à samedi la police britannique qui enquête sur les possibles liens de cet homme de 52 ans avec l'extrême droite.

Jo Cox, 41 ans, a été tuée jeudi en pleine rue dans sa circonscription du nord de l'Angleterre, à une semaine du référendum sur le Brexit. Cette députée travailliste s'était engagée dans la campagne pour défendre le maintien du Royaume-Uni dans l'Union européenne.

Thomas Mair lui a tiré dessus trois fois avant de la poignarder à plusieurs reprises alors qu’elle gisait en sang sur le sol. Il a été arrêté peu après les faits.

Le meurtre de cette mère de deux jeunes enfants a provoqué une immense émotion au Royaume-Uni ainsi que la suspension immédiate de la campagne pour le référendum. Elle restera suspendue au moins jusqu'à dimanche.

jo cox

Des fleurs en hommage à Jo Cox sur la péniche qu'elle habitait à Wapping, le 17 juin 2016

Le Premier ministre David Cameron s'est rendu vendredi dans la petite ville de Birstall pour un hommage à la députée, à l'unisson d'un pays sous le choc.

"Là où nous voyons de la haine, là où nous voyons des divisions, nous devrions les chasser de notre vie politique, de notre vie publique, de nos communautés", a déclaré M. Cameron après avoir déposé une gerbe de fleurs, entouré du chef de l'opposition travailliste Jeremy Corbyn et du président du Parlement John Bercow.

M. Corbyn a annoncé que le Parlement, en vacances pour cause de référendum sur l'UE jeudi, avait été rappelé à sa demande pour rendre lundi "l'hommage qui est dû (à Jo Cox) au nom de tous ceux qui dans ce pays chérissent la démocratie, la liberté de parole et d'expression politique".

- Un 'crime odieux', selon Obama -

Le président américain Barack Obama a présenté par téléphone ses condoléances au mari de la députée, victime selon lui d'un "crime odieux".

"Nous venons d'inculper un homme pour homicide", a déclaré Nick Wallen, le chef de la police du Yorkshire (nord de l'Angleterre), dans un communiqué diffusé dans la nuit. "Thomas Mair, 52 ans, de Birstall, comparaîtra devant des magistrats aujourd'hui" (samedi) à Londres, a-t-il précisé.

La police avait auparavant dit étudier la piste de possibles liens avec l'extrême droite du principal suspect qui aurait crié "Britain first !" ("La Grande-Bretagne d'abord !"), selon des témoins.

Selon le Southern Poverty Law Centre, un groupe américain de défense des droits civiques, le suspect, nommé Thomas Mair par les médias, est un "partisan dévoué" d'un groupe néonazi basé aux Etats-Unis.

Le quotidien The Guardian a affirmé vendredi que la police avait retrouvé des symboles nazis à son domicile ainsi que de la littérature d'extrême droite. Avocate de la cause des réfugiés et de l'UE, Jo Cox n'avait de cesse de faire l'éloge de la diversité.

Le frère du suspect a, quant à lui, déclaré au Sun que Thomas Mair avait eu "des antécédents de troubles mentaux", une piste également suivie par la police.Des médias n'hésitaient pas à mettre en cause l'agressivité de la campagne politique dans son acte.

Vendredi, la chancelière allemande Angela Merkel a mis en garde contre "l'exagération et la radicalisation partielle des discours (qui) ne participent pas à la création d'une atmosphère de respect".

Le président russe Vladimir Poutine a quant à lui suggéré que David Cameron a organisé le référendum sur l'appartenance du Royaume-Uni à l'Union européenne pour "faire chanter l'Europe" ou "pour l'effrayer".

- Drapeaux en berne -

Le ton devrait désormais changer, estiment les analystes interrogés par l'AFP. Mais aucun ne s'aventure à prédire les conséquences de ce drame sur le résultat du vote alors que les dernières enquêtes d'opinion, avant le meurtre, donnaient les partisans du Brexit en tête.

Une sortie de l'UE aurait un impact "négatif et important" sur l'économie britannique qui pourrait, au pire, tomber en récession l'année prochaine, a averti vendredi le FMI. Le quotidien The Times s'est lui déclaré favorable à un maintien du Royaume-Uni dans l'Union européenne, dans un éditorial intitulé "Refonder l'Europe" à paraître samedi.

Dans le centre de Birstall, les habitants ont continué à déposer des fleurs et des cartes au pied de la statue de Joseph Priestley, théologien et philosophe. "Jo, quel jour abominable et tragique", pouvait-on lire sur un mot. "J'ai le coeur brisé pour vos enfants", disait un autre.

Les drapeaux de Buckingham Palace, du Parlement et du 10 Downing Street étaient en berne. La reine a adressé un message de soutien à Brendan Cox, le mari de la défunte.

Dans un geste de solidarité, le Parti conservateur a décidé qu'il n'alignerait pas de candidat face au parti travailliste pour l'élection du remplaçant de Jo Cox dans la circonscription de Birstall.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.