Huffpost Maroc mg

Jalil Bennani présente son nouvel ouvrage sur le parcours semé d'embûches des réfugiés au Maroc (VIDÉO)

Publication: Mis à jour:
Imprimer

RÉFUGIÉS - A l'occasion de la journée mondiale du réfugié le 20 juin prochain, l'écrivain Marocain Jalil Bennani a présenté, jeudi 16 juin à Rabat, son dernier ouvrage "Un si long chemin - paroles de réfugiés au Maroc". A travers trente portraits réalisés par le photographe M'hammed Kilito, ce long format met en lumière les parcours de vingt hommes et dix femmes provenant de seize pays différents.

Ce projet initié en septembre 2015, en collaboration avec le Conseil national des droits de l'homme (CNDH), partenaire du Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), souhaite "promouvoir l'interculturalité et contrer les stéréotypes ainsi que les préjugés à l'égard des réfugiés". Le directeur de la maison d’édition "La croisée des chemins", Abdelkader Retnani,a souligné que l’ouvrage sera un "véritable ambassadeur à l’étranger".

Autour de la question de l’intégration dans la société marocaine, l’auteur a abordé différents aspects des difficultés engendrées par l’exil, comme la rupture, le traumatisme, la méfiance, mais également la solidarité et l’hospitalité. Jalil Bennani, psychanalyste de son état, a précisé s’être "interdit toute interprétation des confessions des interlocuteurs, laissant les réponses parler d’elles-mêmes". Il n'a pas manqué de souligner que "le lecteur est libre d’interpréter ce que les réfugiés ont à exprimer sur leur rapport au Maroc, à la langue et à l’intégration".

A cette occasion, le président du CNDH Driss El Yazami et le ministre chargé des affaires de migration Anis Birou, qui ont contribué à la préface du livre, se sont exprimés sur la position du Maroc dans un contexte d’immigration en crise. Le premier est revenu sur la nouvelle politique migratoire du Maroc lancée en septembre 2013, face à l’importance des flux migratoires entre les pays du Sud, et a insisté sur "l’avenir des communautés qui passe notamment par l’éducation des enfants". Le ministre a quant à lui indiqué que "le Maroc avait encore du chemin à faire" et que cet ouvrage témoignait des "valeurs qui nous réunissent malgré nos différences culturelles et religieuses".

Quatre interlocuteurs ayant témoigné dans cet ouvrage sont venus échanger quelques mots sur leurs parcours respectifs. Sollicité par le HCR, l’auteur qui a déjà travaillé sur les questions de migrations a insisté sur la richesse et la diversité de ces expériences humaines, représentatives de la complexité de l’exil. Au Maroc, près de 41 pays d’origine sont représentés parmi les demandeurs d’asiles et les réfugiés enregistrés au HCR.

LIRE AUSSI:

À lire aussi sur le HuffPost Maghreb

Close
Une journée dans les camps de réfugiés
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction