Huffpost Maroc mg

La BMCE et Attica lancent une compagnie marocaine de transport maritime

Publication: Mis à jour:
OTHMAN BENJELLOUN
BMCE bank President Othman Benjelloun gestures during the annual results news conference in Rabat March 19, 2008. Morocco's second-biggest private bank, BMCE, reported a 55-percent rise in 2007 net profit on Wednesday, helped by assets sales and strong growth in client deposits and loans. REUTERS/Rafael Marchante (MOROCCO) | Rafael Marchante/Reuters
Imprimer

MARITIME - L'information avait fuité dans la presse il y a trois semaines. C'est désormais officiel. La Banque marocaine du commerce extérieur (BMCE) s’est adjugée 51% des parts dans une compagnie maritime marocaine fraîchement créée avec un partenaire grec, le groupe Attica, qui y détient 49% des parts.

Dans un communiqué diffusé jeudi 16 juin au soir, la direction du groupe grec actif dans les domaines du transport maritime et des assurances, indique que cette nouvelle compagnie maritime, baptisée "Les lignes maroco-africaines" va assurer, contrairement à ce que son nom laisse à penser, des liaisons entre des ports marocains et européens.

Concurrencer "les grandes compagnies mondiales"

Sur cette opération, le journal grec I Kathimerini évoque, dans son édition de vendredi, les déclarations d’un membre du conseil d’administration d'Attica, qui assure que la nouvelle compagnie maritime concurrencera les grandes compagnies mondiales qui opèrent entre le Maroc et l’Europe.

Dans son communiqué, le groupe grec annonce que ce partenariat "consolidera les relations de coopération entre le Maroc et la Grèce".

Deux ferrys qui se trouvent déjà au port de Tanger

Pour démarrer son activité, "Les lignes maroco-africaines", dont la création est le fruit de trois ans de discussions entre la banque du milliardaire Othman Benjelloun et le ministère du Transport, mobilisera deux ferrys qui se trouvent déjà au port de Tanger. La capacité de l’un est de 2250 passagers et 850 véhicules alors que le deuxième bâtiment peut transporter 1462 passagers et 300 voitures.

On ignore néanmoins le budget de cet investissement, qui "nécessitera de très gros montants", selon l'Economiste (on s'en doutait un peu).

La compagnie maroco-grecque aura pour principal concurrent Intershipping, qui relie le Maroc à l'Espagne. Comarit-Comanav, IMTC et Navline ont tous mis la clé sous la porte.

LIRE AUSSI:
Close
Ces nouveaux projets qui vont changer la façade maritime de Casablanca
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée