Huffpost Maroc mg

National Geographic envoie un top model australien dans le désert marocain (VIDÉO)

Publication: Mis à jour:
Imprimer

TÉLÉVISION - Elle est connue pour sa plastique, elle va désormais devoir montrer ce qu'elle sait faire derrière un guidon. Laura Csortan, un top model australien, est la star d'un programme de la chaîne National Geographic intitulé "Riding Morocco: Chasing the Dakar" qui sera diffusé le 23 juin prochain.

Dans cette émission, la top model partira de Marrakech pour rejoindre les dunes Sahara en moto. Elle est pour cela accompagnée de Christophe Barriere-Varju, qui a bouclé le Dakar à quatre reprises. National Geographic précise que Laura Csortan n'avait jamais fait de tout terrain avant le tournage. La chaîne promet un voyage à travers "montagnes, gorges, rivières et désert". Tout un programme.

LIRE AUSSI:
  • Kenza Zouiten, le caméléon de la mode
    dr
    Taille élancée et visage de poupée, Kenza Zouiten a tout pour plaire. A 24 ans, la Maroco-suédoise a déjà un calendrier des plus chargés. Mannequin, blogueuse, animatrice web et entrepreneur de talents, c'est une vraie femme d'affaires. Du haut de ses 1 million et demi de followers sur Instagram, elle est aujourd'hui une personnalité influente de la mode à Stockholm. Détentrice de son propre blog, elle publie régulièrement des photos de ses tenues, ses coups de coeurs et ses accessoires fétiches. Néanmoins, tout n'a pas toujours été rose pour Kenza. Elle a été violemment insultée sur les réseaux sociaux pour avoir partagé des photos de ses repas, de son petit ami et de ses tenues dénudées pendant le mois de ramadan. N'étant pas de confession musulmane, elle a tenu à répondre à ses détracteurs: "pour clarifier les choses, je suis née en Suède et j'ai été élevée par ma mère qui est suédoise. Est-ce que cela fait de moi une chrétienne? Non. Mon père est musulman, est-ce que cela fait de moi une musulmane? Non. La religion est un choix personnel. Quelle que soit votre religion, vous devez respecter le choix des autres", avait-elle écrit sur son compte Facebook. Qu'elle soit adulée ou critiquée, Kenza Zouiten reste une des plus belles mannequins marocaines de la planète.
  • Hind Sahli, from Casablanca to New York
    dr
    Un air de Noémie Lenoir et un regard à tomber, la jeune marocaine n'a rien à envier à ses aînées. À 25 ans, la belle Hind Sahli vit de sa passion. Après sa victoire au concours Elite en 2009, la jeune native de Casablanca part à la conquête des Etats-Unis. C'est à New York qu'elle connaît la gloire, en rejoignant l'agence DNA qui représente, entre autres, Natalia Vodianova ou encore Linda Evangelista. Kenzo, Louis Vuitton, Paul Smith et Jean-Paul Gaultier se sont tous arrachés la jeune marocaine au regard perçant. Miu Miu ne fera pas exception en faisant de cette sublime créature son égérie en 2013. Hind Salhi continue son épopée dans la ville où tout est possible.
  • Amina Allam, la reine des podiums
    dr
    Les podiums n'ont plus aucun secret pour Amina Allam. C'est au Maroc qu'elle débute sa carrière jeune, à l'âge de 15 ans, avant de s'envoler pour le Liban où elle participe à l'émission de téléréalité "Mission Fashion" en 2007. Une participation qui sera la clé de son succès. Quelques années plus tard, elle ouvre sa propre agence de conseil en image et relooking baptisée "Look by Amina Allam" dont elle est la fashion manager. Elle continue néanmoins à faire ce qu'elle aime le plus: défiler. En vraie catwalk woman, la jeune femme défile pour les plus grands, notamment pour Albert Oiknine au carrousel du Louvre à Paris où elle n'a pas hésité à arborer le drapeau marocain. Pas peu fière de ses origines, ce défilé restera l'un des meilleurs moments de sa carrière. Âgée de 25 ans, elle est aujourd'hui une des icônes de la mode au Maroc qui a rapidement su sortir son épingle du jeu à l'international.
  • Imaan Hammam, le visage d'ange
    dr
    Elue "Baby face" de cette année, la Maroco-néerlandaise s'est imposée comme une figure incontournable du monde de la mode. Du haut de ses 19 ans, Imaan Hammam a déjà tout des plus grandes. En plus d'avoir foulé les podiums des plus grands créateurs comme Givenchy, Alexander McQueen et Versace, elle est la première femme arabe à défiler pour la célèbre marque de lingerie Victoria's Secret. Elle a aussi fait la couverture de plusieurs magazines prestigieux parmi lesquels Vogue Pays-Bas, où elle a posé entourée de sa famille au Maroc. Très friande de réseaux sociaux, elle partage régulièrement avec ses 166.000 followers sur Instagram son quotidien dans le monde du mannequinat.
  • Ahlam El Brini, Ia mannequin rebelle
    dr
    La belle mannequin marocaine ne fait clairement pas l'unanimité. Mais à 20 ans, elle est bien déterminée à se faire une place dans le monde de la mode. Vivement critiquée sur la toile pour ses photos en bikini alors qu'elle était en lice pour le concours de Miss Italie en septembre dernier, la belle brune qui se dit non pratiquante, ne compte pas se laisser abattre. "Chacun est libre de choisir et de suivre la religion à sa manière. Je suis consciente que des gens très conservateurs critiquent ce que je fais: cela ne m'intéresse pas, j'ai le soutien de ma famille et de ma grand-mère qui est la première à commenter quand je publie une photo sur Facebook" avait-elle confié au journal italien La Repubblica. Si elle n'a pas été couronnée Miss Italie, elle a néanmoins gagné en notoriété et une carrière prometteuse s'annonce à elle dans le monde de la mode en Italie.
  • Maria Idrissi, la tendance est au voile
    dr
    La nouvelle recrue d'H&M a bousculé les standards de la mode. Esthéticienne formée à Londres, la jeune marocaine de 23 ans qui porte le hijab a été repérée par une chasseuse de talent qui cherchait de nouveaux visages pour la campagne de la marque suédoise. Première mannequin voilée pour l'enseigne de prêt-à-porter, elle a été propulsée sur le devant la scène médiatique grâce à la campagne de publicité qui compte aujourd'hui plus de 9 millions de vues sur Youtube. H&M semble avoir réussi son coup, puisque la jeune femme a fait la une des magazines et suscité de nombreuses réactions sur les réseaux sociaux. "Je ne m'attendais pas à une réaction aussi positive. Cela me donne envie d'en faire plus. Comme il n'y a pas d'autres mannequins voilées, je veux continuer à travailler. Les choses doivent changer, pas seulement dans la mode. Avec beaucoup de soutien, nous pourrons rendre le voile socialement acceptable (...) Je pense que nous sommes prêts à concilier la mode et la pudeur", avait-elle confié lors de son passage au "Petit Journal" de Canal+.