Huffpost Maroc mg

Une enquête ouverte sur des athlètes marocains contrôlés positifs et qualifiés aux JO

Publication: Mis à jour:
DOPAGE
Une enquête ouverte sur des athlètes marocains contrôlés positifs et qualifiés aux JO | © FRANCK FIFE - AFP
Imprimer

DOPAGE - La Fédération royale marocaine de boxe (FRMB) et le Comité national olympique marocain (CNOM) ont annoncé, mercredi 15 juin dans un communiqué, l’ouverture d’une enquête sur le contrôle positif des boxeurs Said Harnouf (catégorie 64 kg) et Hamza El Barbari (catégorie moins de 64 kg).

Membres de la délégation portant les couleurs marocaines aux JO 2016, les deux pugilistes ont été épinglés lors d’un contrôle de l'Agence mondiale antidopage, selon un courrier de la Fédération internationale de boxe adressé en début de semaine à son homologue marocaine.

Pour l'heure, les deux boxeurs n'ont pas été suspendus par la FRMB, qui précise qu’aucune décision de disqualification des deux boxeurs n’a été prononcée ni par l'Association internationale de boxe amateur (AIBA), ni par le Comité international olympique (CIO).

Une commission d'enquête mise en place

Les olympiens marocains continueront donc leur préparation au sein de l’équipe marocaine de boxe composée de dix boxeurs, en attendant les conclusions de la commission d'enquête mise en place par la fédération marocaine pour faire la lumière sur cette affaire.

Ce nouveau cas de dopage présumé, révélé hier par un courrier de l’instance mondiale de la boxe, intervient alors que l’on s’interroge encore sur la participation ou non du boxeur Mohamed El Arjaoui aux JO de Rio. Ce dernier avait précédemment été épinglé pour dopage mais a tout nié, incriminant un médicament.

Les boxeurs chérifiens ne sont d'ailleurs pas les seuls concernés. Au moment où nous apprenions le cas de Said Harnouf et Hamza El Barbari, le CIO avait également envoyé un courrier annonçant la suspension de la taekwondoïste marocaine Hakima Meslahi, qualifiée aux JO mais contrôlée positive.

L'athlétisme miné par les accusations de dopage

Mais la Fédération royale marocaine de taekwondo avait pris fait et cause pour la sportive marocaine, par la voix de son secrétaire général, Mohamed Daoud: "Nous sommes avec Meslahi et nous ne ménageons aucun effort pour la défendre auprès des instances concernées. Nous sommes en train d'étudier le rapport du CIO qui, faut-il le souligner, n'est pas définitif".

Ces nouveaux cas interviennent alors que l’athlétisme marocain est miné par le spectre d’accusations de dopage. Pour purger le milieu, le directeur de la Fédération royale marocaine d’athlétisme, Chakib Filali Adib, avait déposé plainte devant le tribunal de première instance de Salé contre plusieurs athlètes marocains impliqués dans un réseau de détention et de commerce de produits dopants.

LIRE AUSSI:

À lire aussi sur le HuffPost Maghreb

Close
Ces athlètes marocains qui ont marqué l'histoire
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction