Huffpost Algeria mg

Les Etats-Unis nient toute tension avec l'Arabie saoudite sur la Syrie

Publication: Mis à jour:
OBAMA SALMANE
U.S. President Barack Obama (L) gestures as he stands next to Saudi Arabia's King Salman during the summit of the Gulf Cooperation Council (GCC) in Riyadh, Saudi Arabia, April 21, 2016. REUTERS/Faisal Al Nasser | Faisal Nasser / Reuters
Imprimer

La diplomatie américaine a nié mardi toute tension avec l'Arabie saoudite à propos de la manière dont les Etats-Unis gèrent la guerre en Syrie, pourtant source de frictions entre les deux alliés.

Le département d'Etat était une nouvelle fois interrogé mardi sur les relations stratégiques entre Washington et Ryad au lendemain d'un dîner, pour la rupture du jeûne du ramadan, entre le secrétaire d'Etat John Kerry et l'influent vice-prince héritier Mohammed ben Salmane.

Ce trentenaire, fils du roi Salmane et puissant ministre de la Défense, a été reçu lundi soir par M. Kerry, à son domicile de Washington, pour discuter officiellement des turbulences au Moyen-Orient et de la lutte internationale contre l'islamisme radical, selon le département d'Etat.

Cette visite princière aux Etats-Unis se déroule dans un contexte de tensions entre alliés. Les relations se sont nettement tendues entre l'administration du président Barack Obama et la grande monarchie pétrolière, en particulier sur le dossier syrien pour lequel Washington a refusé une intervention militaire d'envergure.

Le sort à réserver au président Bachar al-Assad est également sujet à polémique: Ryad veut que le chef de l'Etat s'en aille, Washington a mis peu à peu de l'eau dans son vin en se rapprochant de la position de Moscou, allié de Damas.

L'Arabie saoudite sunnite n'a pas non plus digéré l'amorce de dégel historique entre l'Amérique et l'Iran, le rival régional chiite.

Si vous me demandez s'il y a un grand fossé philosophique entre les Saoudiens et les Etats-Unis sur la manière d'avancer sur le terrain en Syrie, la réponse est non, a répondu, agacé, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, John Kirby, lors de son point presse. Les deux dirigeants ont passé en revue la relation forte et durable entre les Etats-Unis et l'Arabie saoudite et ont discuté d'un large éventail de sujets tels que le Yémen, la Syrie, la Libye et l'antiterrorisme, a-t-il souligné.

John Kirby a fait valoir que sans l'appui de l'Arabie saoudite, membre fondateur de la coalition militaire contre l'Etat islamique, il n'y aurait jamais eu de Groupe international de soutien à la Syrie (GISS), le rassemblement d'une vingtaine de pays qui cherchent une solution diplomatique au conflit syrien.

John Kerry et le prince Mohammed ont également évoqué la tuerie d'Orlando et ont exprimé leur engagement commun à poursuivre leur coopération dans le combat contre la propagation de l'extrémisme violent, au niveau régional et international, a rendu compte le département d'Etat.

L'administration américaine est très réticente à employer l'expression islamisme radical et préfère parler d'extrémisme violent.

En quoi utiliser cette formule permettrait d'obtenir des résultats, s'est défendu mardi Barack Obama attaqué par le républicain Donald Trump qui lui reproche de refuser de dire islam radical.

L'influence de Ryad se fait sentir dans la campagne présidentielle américaine: le directeur de la CIA John Brennan a écarté il y a quelques jours toute responsabilité de l'Arabie saoudite dans le 11-Septembre 2001, attentats d'Al-Qaïda et dont 15 des 19 auteurs étaient Saoudiens. En revanche, la candidate démocrate Hillary Clinton a dénoncé lundi le rôle de l'Arabie saoudite, du Qatar et du Koweït dans le financement mondial de l'idéologie extrémiste islamiste.