Huffpost Maroc mg

L'équation du bonheur a été mise à jour et fait la part belle à l'égalité

Publication: Mis à jour:
Imprimer

SCIENCE - Qu'est-ce que le bonheur? Si la question a passionné tous les philosophes (et effrayés tous les bacheliers qui révisaient leur bac de philo), elle intéresse également la science dite "dure". Ainsi, il y a deux ans, des mathématiciens de l'University College de Londres mettaient au point une équation du bonheur. le 13 juin, les chercheurs viennent de mettre à jour cette équation, rapporte Phys.

Celle-ci prend maintenant en compte le bonheur des uns et le malheur des autres. Et le fait est que, selon les chercheurs, on est en général plus malheureux si l'on a l'impression qu'une décision est inégalitaire, que celle-ci nous avantage ou non.

Pour construire la première équation, les scientifiques avaient demandé à 26 personnes de prendre des décisions qui allaient les mener soit à des gains soit à des pertes monétaires. Ils pouvaient choisir une récompense tout de suite, ou prendre le risque de parier et de perdre gros, ou de gagner bien plus. En parallèle, les chercheurs regardaient, en observant les réactions du cerveau, si la personne était heureuse.

Les mathématiciens avaient alors analysé ces données. Le bonheur dépend directement de la récompense obtenue ou des attentes que l'on avait. Logique: la dopamine, un neurotransmetteur qui joue un rôle important dans le bonheur, est activé dans le système de récompense du cerveau.

Le malheur des uns ne fait pas forcément le bonheur des autres

Au final, l'équation en question se résumait ainsi:

equation bonheur

Dans leur nouvelle étude, publiée par Nature, les chercheurs ont voulu intégrer à cette équation le bonheur des uns et le malheur des autres. Ils ont fait passer des tests à 47 personnes. Ils leur ont toujours proposé de parier pour toucher une récompense, mais cette fois, les scientifiques indiquaient aux cobayes qu'une autre personne avait parié sur le même sujet.

En moyenne, les individus qui ont gagné mais ont vu une autre personne perdre sur le même pari étaient moins heureuses. De même que celles qui ont perdu alors qu'une autre personne a gagné. Des réactions qui semblent liées à la culpabilité et à l'envie. Ils ont ainsi adapté leur équation et ont rajouté une ligne avec ces paramètres:

equation bonheur

Calculer l'altruisme

"Notre équation peut prédire exactement à quel point les gens sont heureux, en se basant non seulement sur ce qui leur arrive mais sur ce qui arrive aux gens autour d'eux", affirme Robb Rutledge, de l'institut de Neurologie de l'UCL, auteur principal de l'étude. Surtout, cette nouvelle équation permet de savoir à quel point une personne est altruiste, selon les chercheurs.

"En moyenne, on est moins heureux si d'autres obtiennent plus ou moins que l'individu, mais cela varie énormément d'une personne à l'autre. Ce qui est intéressant, c'est que l'équation nous permet de prédire à quel point un individu sera généreux dans un autre scénario, où on lui demande s'il serait d'accord pour partager une petite somme d'argent avec une autre personne. En se basant exactement sur l'impact de l'inégalité sur leur bonheur, nous pouvons prédire quel individu sera altruiste".

En effet, dans un autre test, les personnes les moins heureuses quand une autre personne perdait son pari donnaient 30% de leur argent. A l'inverse, ceux qui n'étaient pas satisfaits s'ils gagnaient moins qu'une autre personne donnaient plutôt 10% de la somme.

"Ceux qui donnaient la moitié de leur argent quand ils le pouvaient ne montraient pas d'envie quand ils expérimentaient une inégalité, mais montraient beaucoup de culpabilité. A l'inverse, ceux qui gardaient tout l'argent ne montraient aucun signe de culpabilité, mais beaucoup d'envie", explique Archy de Berker, auteur de l'étude.

Selon les chercheurs, c'est la première fois que la générosité des gens est directement corrélée à leur degré de bonheur face aux inégalités. Certes, l'échantillon testé est assez faible, mais celui qui a servi à établir la première équation en 2014 l'était encore plus (26 personnes contre 47). Et pourtant, la formule avait réussi à prédire le degré de bonheur de 18.000 personnes testées via une application mobile.

LIRE AUSSI: