Huffpost Maroc mg

Marsa Maroc: "L'Etat marocain veut garder la majorité"

Publication: Mis à jour:
MARSA
Le siège de Marsa Maroc, à Casablanca | Sodep
Imprimer

BOURSE - C’est la plus importante opération d’introduction qu’a connu le marché boursier marocain depuis 2009. Marsa Maroc, l’opérateur national de l’exploitation portuaire, leader sur le marché (44% de parts à 2015), a officiellement annoncé ce mercredi 15 juin, lors d’une conférence de presse organisée à Casablanca, l’obtention le 10 juin dernier du visa de l’Autorité marocaine du marché des capitaux (AMMC) pour son introduction en bouse.

Avec cette opération de 1,9 milliard de dirhams, la société va intégrer le premier compartiment de la Bourse de Casablanca par cession d’actions. La valorisation de la société ressort à 5 milliards de dirhams, ce qui correspond à une valeur de 68,5 dirhams par action. La part du capital cédée est de 40% au total.

Pour faire aboutir cette opération, un groupement composé d'Attijari Finances Corp., en tant que conseiller financier et coordinateur global, ainsi que du cabinet Roland Berger et Norton Rose Fulbright, a conseillé le ministre de l’Economie et des finances Mohamed Boussaïd, a-t-on fait savoir.

"L’opération est une première en son genre. Tout au long du programme de privatisation, on n’a jamais fait d’opération de cette façon. C’est une opération où l’Etat veut garder la majorité. Il veut s’introduire en bourse en ouvrant le capital d’une société publique", a insisté Najat Saher, chef de la division de la privatisation au ministère de l’Economie et des finances.

Besoin de diversité

Selon Marsa Maroc, l’un des objectifs de cette opération est l’institutionnalisation et l’ouverture de son capital à de nouveaux partenaires marocains. Cette introduction en bourse vise aussi à faciliter l’accès aux financements externes pour soutenir sa croissance, mais aussi à renforcer sa gouvernance.

"C’est une bonne chose de vouloir améliorer la gouvernance. Le fait de faire entrer des investisseurs institutionnels et indépendants ne va pas détruire de la valeur. Au contraire, l’objectif est d’ouvrir davantage la discussion et donc de créer de la valeur. C’est notre conviction", a expliqué Idriss Berrada, directeur général d’Attijari Finances Corp.

De son coté, Mohamed Abdeljalil, président du directoire de Marsa Maroc, a évoqué le besoin de diversité dans la gouvernance de la société. "Il y a une réalité: la gouvernance a besoin de diversité. Aujourd’hui, la gouvernance de notre entreprise manque de diversité. Avec cette introduction en bourse, on va introduire la diversité."

"La diversité des administrateurs améliore le fonctionnement des conseils d’administrations et des conseils de surveillance", a-t-il ajouté.

Pour le patron de Marsa Maroc, cette opération apportera également de la transparence dans la gestion de son capital: "Vous ouvrez le capital d’une entreprise publique à des actionnaires privés, petits porteurs ou grands porteurs, peu importe. Le conseil de surveillance doit aussi s’ouvrir. On ne peut pas leur dire d’acheter des actions et de réunir ensuite le conseil d’administration à huis clos. Désormais, il n’y aura pas que des représentants de l’Etat (autour de la table), mais aussi des représentants des actionnaires privés et des administrateurs indépendants".

"Bien que ces administrateurs n’aient pas la possibilité d’opposer un véto au sein du conseil, puisque l’Etat conserve la majorité, ils auront suffisamment d’informations et de pouvoir pour influencer les décisions", a-t-il souligné.

Cotation le 19 juillet

En tout cas, la période de souscription aura lieu du 20 au 30 juin 2016 inclus, avec une possibilité de clôture anticipée le 23 du même mois. L’action sera vendue au prix ferme de référence de 65 dirhams. Une décote additionnelle de 5% sera proposée aux personnes physiques pour les 250 premières actions souscrites. La cotation de Marsa Maroc est, elle, prévue le 19 juillet prochain.

Marsa Maroc est actuellement leader sur le marché de la manutention portuaire au Maroc avec une part de marché de 44% du trafic national en 2015. Elle emploie près de 2.150 personnes et a réalisé en 2015 un chiffre d’affaires de plus de 2,185 milliards de dirhams, pour un trafic global traité de 35 millions de tonnes.

LIRE AUSSI: