Huffpost Tunisie mg

Enquête, réactions politiques... les dernières infos sur le meurtre des policiers français revendiqué par Daech (EN DIRECT)

Publication: Mis à jour:
POLICIER TUE MAGNANVILLE
La police devant la maison du policier tué à Magnanville le 14 juin 2016 | AFP
Imprimer

TERRORISME – Un policier en poste au commissariat des Mureaux tué de plusieurs coups de couteau, sa compagne, secrétaire administrative à celui de Mantes-la-Jolie, retrouvée morte: un homme se réclamant de Daech a frappé lundi soir dans une commune près de Paris, en plein Euro de football et sept mois après les attentats de novembre.

L'assaillant a tué le policier habillé en civil, devant chez lui, avant de se retrancher au domicile de sa victime à Magnanville dans les Yvelines et d'être abattu lors d'un assaut du Raid. Dans la maison, les policiers ont découvert le corps de sa compagne et retrouvé le fils du couple, âgé de trois ans, "choqué et indemne".

A peine quelques heures après, l'agence Amaq liée au groupe jihadiste a affirmé qu'un "combattant de l'Etat islamique" avait tué le couple près de Paris, selon le centre américain de surveillance de sites jihadistes SITE. L'homme "s'est revendiqué du groupe jihadiste" durant les négociations avec le Raid.

Ce jeune homme de 25 ans, du nom de Larossi Abballa, avait été condamné en 2013 pour participation à une filière jihadiste entre la France et le Pakistan. Il était originaire de Mantes-la-Jolie.

» Suivez ci-dessous en direct les dernières évolutions autour de l'enquête:

Une minute de silence a été observée à midi au ministère de l'Intérieur et dans les commissariats de France en hommage aux deux policiers assassinés.

L'hommage, rendu place Beauvau en présence notamment du président François Hollande, du Premier ministre Manuel Valls et du ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, a été suivi de la Marseillaise et d'applaudissements nourris.

Partager: tumblr

Interrogé sur France Info après le double meurtre de lundi soir, le garde des Sceaux Jean-Jacques Urvoas a appelé au "sang-froid".

"Je ne considère pas que la vie politique soit une rixe entre capitaines Fracasse", a-t-il dit, en réponse au député LR Eric Ciotti qui a exigé la mise en place de "centre de rétention" pour plus de 10.000 personnes fichées S pour radicalisation.

"En France, nous ne jugeons pas les intentions, nous jugeons les faits", a-t-il souligné, relevant que la mise sur écoute du tueur depuis février n'avait selon le procureur pas permis "de déceler la préparation d'un passage à l'acte violent".

Partager: tumblr
Aujourd'hui 09h15 CEST
"La peur d'être flic"

Partager: tumblr

Manuel Valls a défendu l'action du renseignement et de l'antiterrorisme en France malgré l'assassinat des policiers, affirmant sur France Inter qu'il n'y avait eu ni "négligence" ni "manque de discernement" dans le suivi du tueur.

Le Premier ministre a de nouveau écarté l'idée de centres de rétention pour les personnes radicalisées n'ayant pas été condamnées, portée par la droite, qui seraient "dangereux" et affaibliraient la lutte contre le terrorisme".

"Il faut poursuivre ce travail, il faut resserrer les mailles du filet, il faut continuer à donner tous les moyens à la police, à la gendarmerie et aux services de renseignement, a aussi ajouté Manuel Valls. Mais nous connaîtrons de nouveau des attaques parce que nous faisons face à une organisation terroriste qui recule en Syrie et en Irak et qui se projette dans nos pays sous des formes différentes" afin de "créer la peur et diviser".

Partager: tumblr

Les présidents François Hollande et Barack Obama sont convenus mardi soir lors d'un entretien téléphonique d'"augmenter encore la coopération" entre les services français et américains face à une "menace" jihadiste qui "évolue en permanence", a indique l'Elysée.

"La France et ses alliés continueront d'opposer la force des démocraties à la barbarie", ajoute le communiqué de la présidence française, précisant que l'entretien avait eu lieu "après la tuerie homophobe d'Orlando et le double meurtre qui a frappé" un policier et sa compagne dans les Yvelines, en banlieue parisienne, revendiqués par Daech.

Partager: tumblr

Invitée chez Jean-Jacques Bourdin, la psychiatre Muriel Salmona explique par quels états va passer l'enfant orphelin désormais.

Partager: tumblr

François Hollande assistera mercredi 15 juin, à midi, à une minute de silence au ministère de l'Intérieur à la mémoire du policier assassiné avec sa compagne par Larossi Abballa, a-t-on indiqué mardi dans l'entourage du chef de l'Etat.

Partager: tumblr

L'autorisation pour les policiers d'être armés en permanence, y compris hors service et sur la base du volontariat, sera prolongée au-delà de l'état d'urgence, en vigueur jusqu'au 26 juillet, ont annoncé les responsables des syndicats policiers à l'issue d'une rencontre avec le ministre de l'Intérieur.

"Le ministre nous a annoncé que l'autorisation du port d'armes serait prolongée au-delà de l'état d'urgence", a affirmé Yves Lefebvre, secrétaire général d'Unité SGP FO. La mesure "va être pérennisée", a également déclaré Philippe Capon, secrétaire général d'Unsa Police.

Partager: tumblr

Le maire de Magnanville, Michel Lebouc, a annoncé qu'un rassemblement en hommage aux deux policiers tués lundi aura lieu mercredi à midi dans sa ville.

Une cellule de soutien a déjà été mise en place dans la ville.

Partager: tumblr

Les députés et sénateurs ont rendu hommage mardi aux victimes des actes terroristes, assassinées "sauvagement" à Orlando et "lâchement" à Magnanville, avant des questions au gouvernement consacrées en partie à la lutte contre le terrorisme.

Au Sénat comme à l'Assemblée nationale, une minute de silence a été observée à la mémoire des deux policiers tués lundi.

Considérant que "cet acte odieux, ignoble, intolérable, est une nouvelle épreuve pour la République", il a notamment exprimé "une pensée émue pour ce petit garçon de trois ans qui vient de perdre ses parents", comme vous pouvez le voir sur les vidéos ci-dessous.

Partager: tumblr

Le policier assassiné avec sa compagne lundi avait deux enfants, dont le petit garçon retrouvé indemne sur les lieux du meurtre, et ils seront tous deux "reconnus pupilles de la nation", a déclaré François Hollande mardi.

"Le père avait deux enfants, le couple avait un enfant en commun", a indiqué le président de la République François Hollande, à l'occasion d'une déclaration conjointe à l'Elysée avec le président de la République du Niger, Mahamadou Issoufou.

"Ils seront reconnus pupilles de la nation" car "leurs parents ont été visés parce que policiers", a-t-il assuré.

Partager: tumblr

"En accord avec leurs familles, nous rendons hommage au Cdt JB. SALVAING et sa compagne adj administrative J. SCHNEIDER", a écrit la police nationale sur Twitter mardi, avec une photo des deux policiers tués lundi.

Partager: tumblr

François Hollande a affirmé mardi que la vigilance contre le terrorisme était "portée à son niveau maximal" et a souhaité que "des moyens supplémentaires puissent être déployés", après l'assassinat du couple de policiers.

"J'ai moi-même fait en sorte que des moyens supplémentaires puissent être déployés, que la vigilance soit portée à son niveau maximal et nous continuerons", a-t-il déclaré, sans préciser de quelle nature étaient ces moyens supplémentaires.

Partager: tumblr

Les puissants syndicats de police, qui doivent être reçus mardi à 18 heures place Beauvau après l'attaque jihadiste contre un policier et sa compagne tués, demandent des "moyens juridiques" pour leur protection, mettant en avant l'émotion dans leurs rangs.

L'une des pistes proposées est la prolongation de la mesure leur permettant d'être armé en permanence, y compris hors service et sur la base du volontariat, comme c'est le cas en période d'état d'urgence. Mise en place après les attentats de novembre 2015, cette mesure est en vigueur jusqu'au 26 juillet.

Beaucoup demandent de "nouveaux moyens juridiques" sur les conditions de la légitime défense par exemple, et posent la "question de la sécurité des condamnations" et du "suivi des radicalisés".

"On ne peut pas continuer comme ça ce cycle infernal: un jour des cibles, un jour encensés", comme après les attentats de janvier, explique Philippe Capon de l'Unsa-police (troisième syndicat).

Partager: tumblr

Le Premier ministre s'est exprimé mardi à l'Assemblée nationale, regrettant qu'un "cap dans l'horreur (ait) été franchi lundi avec le meurtre des deux policiers de Magnanville.

"C'est le domicile, l'intimité même d'une famille, d'un couple de fonctionnaires de police qui ont été prises pour cible", a déclaré Manuel Valls lors de la séance des questions au gouvernement. Le Premier ministre a ensuite appelé la droite à "refuser toute tentation de recourir aux aventures extrajudiciaires", alors que certains responsables de l'opposition ont réclamé la mise en place de centres de rétention pour les personnes fichées les plus dangereuses.

Partager: tumblr

François Molins s'est exprimé à 14h15 devant la presse. Voici ses déclarations majeures:

• Une "liste de cibles" de personnalités

"Un certain nombre d'investigations et de constatations" ont été menées qui ont permis de "saisir à l'intérieur du pavillon une liste de cibles mentionnant des personnalités ou des professions (rappeurs, journalistes, policiers) ou des personnalités publiques". Ont aussi été saisis "trois téléphones, trois couteaux et en particulier un couteau ensanglanté posé sur la table".

• Allégeance au chef de Daech il y a trois semaines

"Au cours de ces négociations avec le Raid, le tueur a indiqué être musulman pratiquant, faire le ramadan et il a précisé qu'il avait prêté allégeance trois semaines plus tôt au commandeur des croyants de l'Etat islamique, Abou Bakr al-Baghdadi. Il a ajouté avoir répondu à un communiqué de cet émir qui demandait, je cite, de 'tuer des mécréants, chez eux avec leur famille'".

• Les écoutes visant le tueur

Des "interceptions téléphoniques et géolocalisations" mises en places "sur plusieurs lignes téléphoniques n'avaient pas permis à ce jour de déceler le moindre élément" sur "la préparation et un passage à l'acte violent". Le tueur était "visé par des investigations conduites par un magistrat antiterroriste" depuis 2016 sur une filière jihadiste syrienne.

Partager: tumblr

Une troisième personne a été interpellée et placée en garde à vue vers midi mardi, a-t-on appris de source proche de l'enquête.

Au total, trois personnes, des membres de l'entourage du meurtrier Larossi Abballa, sont actuellement entendues par les enquêteurs. Il s'agit de trois hommes âgés de 27, 29 et 44 ans, selon le procureur de la République François Molins.

L'un des trois hommes figure comme Larossi Abballa parmi les huit membres d'une filière jihadiste, condamnés en 2013 pour "association de malfaiteurs en vue de préparer des actes terroristes", a précisé une source proche de l'enquête.

Partager: tumblr

Dans un communiqué, le Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) a condamné le meurtre des deux policiers. "Ce meurtre est d'une barbarie inouïe et effrayante, écrit notamment le Crif. Il prouve désormais que le terrorisme islamiste peut frapper à la porte du domicile de chaque Français et les atteindre indistinctement."

Partager: tumblr

"Il faut s'interroger sur la faiblesse du renseignement humain déployé sur notre sol qui aura permis au meurtrier pourtant signalé de préparer son coup et de le réaliser sans qu'aucune alerte soit donnée", a écrit Jean-Luc Mélenchon (Parti de gauche) sur sa page Facebook.

Partager: tumblr

"Le gouvernement ne protège pas les français. La vraie lutte contre le fondamentalisme n'a pas été engagée", a affirmé Marine Le Pen dans une vidéo publiée sur son compte Facebook.

Partager: tumblr

Selon les informations de France Info, Larossi Abballa avait fait l'objet d'une surveillance de la direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) depuis sa sortie de prison, à la fin du mois de septembre 2013. Il avait également été placé sur écoute judiciaire en mars dernier, quand son nom était apparu dans le cadre d'une information judiciaire ouverte après le départ d'un homme en Syrie.

Partager: tumblr

Le procureur de la République de Paris François Molins tiendra une conférence de presse à 14h15 au palais de justice de la capitale, a annoncé le parquet dans un communiqué.

Partager: tumblr
Partager: tumblr
14/06/2016 12h11 CEST
Deux personnes en garde à vue

Deux personnes étaient en garde à vue mardi matin dans le cadre de l'enquête sur l'assassinat des policiers, a-t-on appris de source policière. Ces personnes sont des "relations" de Larossi Abballa, le tueur.

Partager: tumblr
Partager: tumblr

A la mairie de Magnanville dans les Yvelines, le drapeau a aussi été mis en berne:

Partager: tumblr

Le couple tué lundi soir a été "ciblé" parce qu'ils étaient policiers, a affirmé Manuel Valls, soulignant toutefois qu'"on ne va pas adopter à chaque fois une nouvelle mesure".

"J'ai été profondément ému et je le suis encore, marqué par cet acte effrayant et par le meurtre de ce couple de policiers, tués chez eux, en présence de leur enfant", a déclaré le Premier ministre à son arrivée à l'Assemblée nationale pour la réunion hebdomadaire du groupe PS.

Interrogé sur la possibilité de mesures de sécurité supplémentaires, réclamées par la droite, il a fait valoir que "des mesures ont déjà été prises pour la protection des policiers", ajoutant "nous n'allons pas adopter à chaque fois une nouvelle mesure". "Mais nous voyons bien que nous sommes face à des modes opératoires, à des attaques de différents ordres qui incitent bien sûr à la prudence et à mettre en oeuvre tous les dispositifs que nous avons déjà adoptés".

"Ce couple de policiers, sans doute, attendons les éléments de l'enquête, a été ciblé parce qu'ils sont précisément policiers", a-t-il dit. "Ce sont eux qui défendent la République, qui incarnent l'Etat de droit", a-t-il souligné, assurant mesurer "le choc profond parmi les policiers" et appelant à être "très solidaires, très solidaires des forces de l'ordre et de nos forces de sécurité".

Partager: tumblr

Partager: tumblr

Un avocat de l'affaire de la filière pakistanaise de 2013, Me Denis, a aussi décrit Larossi Abballa:

Partager: tumblr

"Ce qui nous importe au sein de l'appareil d'Etat (...) c'est que nous puissions faire avancer cette enquête de manière à mettre hors d'état de nuire d'éventuels complices", a affirmé le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, rappelant la menace terroriste "extrêmement élevée", à sa sortie du commissariat des Mureaux dans les Yvelines.

Ces meurtres sont "la démonstration, s'il en était besoin, de la grande exposition des forces de sécurité intérieure, policiers et gendarmes, qui paient un lourd tribut pour assurer la sécurité des Français", a dit le ministre après avoir exprimé son "immense tristesse", sa "compassion" avec les forces de l'ordre. La menace "peut prendre des formes diverses", a souligné Bernard Cazeneuve.

Partager: tumblr
Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.