Huffpost Maroc mg

Réforme des retraites: Principal point de discussion du CA de la CMR

Publication: Mis à jour:
CMR
Réforme des retraites: Principal point de discussion du CA de la CMR | DR
Imprimer

RETRAITES - Le conseil d'administration de la Caisse marocaine des retraites (CMR), qui s'est tenu ce mardi 14 juin, s'est déroulé dans une atmosphère pour le moins tendue. À l'entrée du siège de la CMR, se tenait un sit-in des syndicats pour protester contre la réforme des retraites.

A l'issue de cette première session du sixième mandat de son conseil d'administration, présidée par le ministre dé l’Économie et des finances Mohamed Boussaid par délégation du Chef du gouvernement, la CMR a publié un communiqué visant à justifier cette réforme.

Pour la CMR, en l'absence d'une réforme, "le régime des pensions civiles de la Caisse marocaine des retraites actera un déficit compris entre 5,5 et 6 milliards de dirhams en 2016, avec l’épuisement des fonds de réserves en 2022", lit-on dans le communiqué.

Et d'ajouter que "les prestations du régime ont dépassé les cotisations affichant un gap de près de 2,6 milliards de dirhams, financé par la globalité des produits financiers générés par la réserve de prévoyance du régime et par une partie de son capital". Dans ce contexte, "le gouvernement ne ménagera aucun effort pour concrétiser la réforme de ce régime cette année".

Le régime des pensions civiles, a, lui, "enregistré son premier déficit technique de près d'un milliard de dirhams en 2014 et a connu son premier déficit financier durant l’exercice 2015".

Au même moment, le Chef du gouvernement Abdelaliha Benkirane défendait, de son côté, la réforme des retraites devant les parlementaires. Lors de son passage ce mardi à la Chambre des représentants, Abdelilah Benkirane est revenu sur ce qu'il nomme "la nécessité de mener à bien cette réforme". "La Caisse marocaine des retraites ne serait pas en mesure de payer les pensions de 400.000 fonctionnaires à l’horizon 2022", a martelé le Chef du gouvernement, assurant que son gouvernement "la mènera à bien, coûte que coûte".

LIRE AUSSI: