Huffpost Algeria mg

La réaction de Donald Trump après la tuerie d'Orlando fait polémique aux États-Unis

Publication: Mis à jour:
DONALD TRUMP
La réaction nauséabonde de Trump après la tuerie d'Orlando fait polémique | ASSOCIATED PRESS
Imprimer

Il n'aura pas attendu bien longtemps pour instrumentaliser le drame. Donald Trump, le candidat du parti républicain à la présidentielle américaine s'est félicité dimanche 12 juin d'avoir eu raison sur le radicalisme islamique, après la pire fusillade de l'histoire des Etats-Unis qui a fait 50 morts en Floride.

Dans un tweet, le milliardaire -qui a notamment prôné l'interdiction d'entrée sur le territoire américain à tous les musulmans- remercie les gens qui le "félicitent d'avoir eu raison sur le terrorisme islamique radical". "Mais je ne veux pas de félicitation, je veux de la vigilance et de la sévérité. Il nous faut être intelligents!", écrit le candidat sur Twitter.

Ce message qui fait suite à de nombreux soutiens sur les réseaux sociaux, a également provoqué de violentes dénonciations, les critiques reprochant à Donald Trump de tirer la couverture à lui quelques heures seulement après la tragédie.

"Une fois encore, Donald, vous avez montré qui vous seriez complètement incapable de nous gouverner", a écrit l'acteur George Takei. "50 personnes sont mortes, vous vous prélassez dans des félicitations", a-t-il ajouté.

"Donald Trump, vous êtes la seule personne en Amérique à 'apprécier des félicitations' quand des familles pleurent 50 morts", lui a répondu Chris Sacca, un investisseur new-yorkais. Pour nos confrères du Huffington Post américain, le tweet de Donald Trump est tout simplement "dégoûtant".

"Est-ce le tweet le plus grossier de l'histoire de Twitter ? Oui, sans doute", a pour sa part taclé l'acteur américain Eric Stonestreet.

Les autorités n'ont pas officiellement confirmé l'identité du tireur, présenté par les médias comme Omar Mateen, un citoyen américain d'origine afghane, âgé de 29 ans, vivant en Floride.

La police a ouvert une enquête pour terrorisme. Selon CNN et NBC, le tireur aurait fait allégeance au groupe Etat islamique lors d'un appel au numéro d'urgence 911. Après l'attentat de San Bernardino en Californie en décembre dernier, perpétré par un couple radicalisé, Donald Trump avait affirmé qu'il interdirait à tous les musulmans d'entrer sur le territoire américain s'il était élu le 8 novembre.

Cette sortie avait provoqué un tollé y compris parmi de nombreux membres du parti républicain. La liberté religieuse est l'un des piliers fondateurs de l'Amérique.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.