Huffpost Algeria mg

Les offensives contre l'EI en Syrie et en Irak continuent

Publication: Mis à jour:
UNCIVILAPRESBOMBARDEMENTSALEPSYRIE32016_0_600_399
AFP
Imprimer

Les offensives contre les jihadistes du groupe Etat islamique (EI) continuent dans le nord de la Syrie ainsi qu'à Fallouja en Irak, avec dans les deux cas de nombreux civils qui fuient les combats.

Des milliers de civils ont fui mardi Minbej, un fief du groupe Etat islamique (EI) dans le nord de la Syrie, quasiment encerclé par une coalition arabo-kurde qui cherche à couper une ligne de ravitaillement clé pour les jihadistes.

L'offensive sur Minbej, située dans la province d'Alep, vise à couper l'axe que l'EI utilise pour faire transiter hommes, armes et argent de la frontière turque - à une trentaine de kilomètres plus au nord - vers la ville de Raqa, chef-lieu de la province du même nom et capitale de facto du groupe jihadiste.

"Nous encerclons Minbej de trois côtés (est, nord, sud) et les opérations se déroulent bien", a affirmé à l'AFP Sherfan Darwish, qui dirige l'assaut lancé le 31 mai par les Forces démocratiques syriennes (FDS), composées majoritairement de miliciens kurdes alliés à des combattants arabes. "La seule route qui reste encore ouverte pour l'EI est à l'ouest".

Selon une ONG, l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), les FDS ne se trouvent plus qu'à quelques kilomètres de Minbej.

Le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane, a déclaré que "des milliers" d'habitants avaient fui Minbej. Environ 20.000 personnes vivent encore à Minbej, selon des estimations, contre 120.000 habitants, tous sunnites, avant le début de la guerre en Syrie en mars 2011.

L'offensive est soutenue par des raids aériens de la coalition internationale conduite par les Etats-Unis, et Washington a envoyé en Syrie 200 membres des forces spéciales pour conseiller les FDS.

Selon le commandement militaire américain au Moyen-Orient, 105 frappes aériennes ont été menées contre des cibles de l'EI en appui à la bataille de Minbej depuis le début de l'offensive.

- 'Minimiser la menace' de l'EI -

Celle-ci fait partie des efforts visant "à chasser Daech de la frontière turque (...), de limiter le flux de combattants étrangers et de minimiser la menace de Daech contre la Turquie, l'Europe et les Etats-Unis", a déclaré le commandement américain, en utilisant l'acronyme en arabe de l'EI.

Située dans la province de Raqa, limitrophe de celle d'Alep, la ville de Tabqa est également la cible d'offensives des FDS à partir du nord, et des forces du pouvoir de Damas à partir du sud-ouest.

Les forces du régime appuyées par l'aviation russe sont désormais à 30 kilomètres au sud-ouest de Tabqa et renforcent leurs positions avant de poursuivre leur progression, a indiqué une source militaire syrienne.

Le conflit en Syrie, déclenché par la répression de manifestations réclamant des réformes, s'est complexifié au fil des années avec une multitude d'acteurs syriens, régionaux et internationaux. Il a fait plus 280.000 morts et des millions de déplacés et de réfugiés.

Le président syrien Bachar al-Assad a affiché mardi une position intransigeante sur les négociations avec l'opposition sous l'égide de l'ONU, lors d'un discours devant le nouveau Parlement à Damas.

"Nous n'accepterons d'inclure aucun sujet en dehors des +principes fondamentaux pour faciliter une solution politique en Syrie+ que nous avons présentés à l'ONU", a-t-il déclaré.

Ce document fait état d'un "gouvernement d'unité" et ne fait pas mention d'un "organe exécutif de transition" sans M. Assad, une instance réclamée par l'opposition.

Trois rounds de négociations indirectes entre le régime et l'opposition ont été organisés cette année à Genève sous l'égide de l'ONU mais n'ont abouti à aucune avancée.

- Reprendre 'chaque centimètre' de la Syrie -

M. Assad a par ailleurs promis que l'armée reprendrait le contrôle de la totalité du territoire de la Syrie, comme elle a repris à l'EI en mars la ville antique de Palmyre.

"De la même manière que nous avons libéré Palmyre, nous libérerons chaque centimètre de notre territoire", a-t-il lancé sous les applaudissements des députés.

Le discours de M. Assad a été jugé "décourageant" par le département d'Etat américain.

En Irak, la progression des troupes irakiennes à Fallouja, fief de l'EI à 50 kilomètres à l'ouest de Bagdad, est ralentie par le grand nombre d'engins piégés disséminés par les jihadistes et la présence de dizaines de milliers de civils bloqués dans le centre-ville, selon le commandement irakien.

Mais le commandant de l'opération, le général Abdelwahab al-Saadi, a prévu la "libération" de Fallouja "dans les prochains jours".

Environ 20.000 personnes ont fui les secteurs périphériques de la ville mais peu de civils ont réussi à sortir du centre-ville, où l'EI les utiliserait comme des boucliers humains.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.