Huffpost Maroc mg

Hicham Lasri explore une nouvelle forme d'écriture avec sa websérie trash "No Vaseline Fatwa" (VIDÉO)

Publication: Mis à jour:
Imprimer

SÉRIE - "Trop léger pour être du cinéma, trop politiquement incorrect pour passer à la télé". Hicham Lasri annonce la couleur avec le lancement de sa nouvelle websérie "No Vaseline Fatwa", dont le premier épisode est sorti le 6 juin sur YouTube.

Au menu de cette "trash-comédie" déconseillée aux moins de 16 ans, les élucubrations insensées d'un personnage "complètement siphonné de la tête", explique le réalisateur au HuffPost Maroc. Un certain Moujahid, campé par l'acteur marocain Salah Bensalah, resté pendant dix ans caché dans une grotte au fin fond des montagnes afghanes pour continuer la lutte contre l’envahisseur américain.

"Pendant ses dix ans en isolation, en plus d’Internet et de la gratuité des fatwas, il a découvert aussi la vaseline", explique le réalisateur qui a voulu, à travers ce personnage loufoque qui évolue sur un "terrain glissant" (comme la vaseline, faut-il préciser), montrer la bêtise de certains faux prédicateurs qui lancent des fatwas à tout-va, mais également "le fascisme que l'on vit dans le monde arabe actuellement, ceux qui disent que tout est haram, et la paranoïa générale contre le monde occidental". L'idée, continue Hicham Lasri, "c'était de mettre tout ça dans un mixeur et de le faire exploser dans cette websérie".

En roue libre

"No Vaseline Fatwa", qui utilise les codes du reportage (on remarquera le logo France24 en bas, un "hoax" précise le réalisateur pour faire croire que c'est sérieux), se veut le pendant marocain des séries ironiques telles que "Monty Python" ou "South Park". "Pour moi, c'est une manière de tester une nouvelle forme d'écriture, destinée au web, où l'on a plus de liberté pour dire les choses", indique Hicham Lasri. "Ce que l'on veut, c'est faire dans le coup de poing, l'ironie. Le personnage parle en roue libre, enfonce des portes ouvertes comme il évoque des choses intéressantes".

La websérie, tournée à Casablanca, se déclinera en une vingtaine d'épisodes pendant tout le mois de ramadan, sans format prédéfini (certaines vidéos dureront quelques secondes et d'autres plusieurs minutes). "Têtes bien pensantes et hypocrites à la petite semaine s'abstenir", prévient le réalisateur.

LIRE AUSSI:

À lire aussi sur le HuffPost Maghreb

Close
Dix films cultes marocains
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction