Huffpost Tunisie mg

"Bouazizi", mini-album d'un groupe américain, en hommage à Mohamed Bouazizi

Publication: Mis à jour:
PECULATE
Peculate
Imprimer

Savez-vous qu'un groupe américain a rendu hommage à Mohamed Bouazizi, jeune vendeur ambulant tunisien qui s'est immolé par le feu le 17 décembre 2010?

Le groupe américain Peculate, a sorti un "extended play" (format plus long qu'un single, mais plus court qu'un album) de trois titres en référence à Mohamed Bouazizi.

Paru en décembre 2014, ce mini-album compte 3 titres, deux "en instrumental" et un sur lequel est récité un poème.


Contacté par le HuffPost Tunisie, Peculate affirme que "dans ce poème, je retranscris la dernière phrase de Bouazizi: 'Comment voulez-vous que je gagne ma vie?'. Je cite également sa famille, qui a dit dans les médias qu'ils se sentent 'comme des corps sans âme depuis qu'il a quitté' ".

Derrière le groupe Peculate, se cache Ben Norton. Si son choix s'est porté sur Mohamed Bouaziz et par extension à ce qui se passe dans la région "Afrique du Nord- Moyen Orient", c'est parce qu'il est aussi journaliste: "J'ai suivi de très près le soulèvement en Tunisie et tout ce qui s'est passé au Moyen-Orient et Afrique du Nord" affirme t-il avant d'ajouter: "Je suis spécialisé dans la politique étrangère américaine et dans la région MENA".

La musique est donc pour lui une passion: "J'écris et je joue de la musique durant mon temps libre, et je suis souvent influencé par mes opinions politiques ou l'actualité" affirme Ben Norton.

En novembre 2014, il sort aussi le single "Tahrir" en référence à la place "Tahrir" en Égypte: " 'Tahrir' est bien sur nommé d'après la révolution égyptienne 2011, que j'ai également suivie de très près, et fortement soutenue. Plus simplement, c'est le mot arabe pour dire 'la libération' " affirme Ben Norton.

Si les références de Peculate sont orientales, il affirme qu'un nouvel album arrivera dans un futur proche: "il s'appellera 'Thawra'. Les paroles sont inspirées par les soulèvements de la région, et la musique est aussi influencée par la musique arabe traditionnelle." déclare t-il.

S'il fait déjà quelques concerts aux États-Unis, Ben Norton aimerait "collaborer avec des musiciens de la région": "J'ai déjà joué avec des amis syriens, irakiens, des palestiniens mais malheureusement pas de façon formelle." affirme t-il avant de conclure: "J'adorerai le faire dans le futur".

LIRE AUSSI:
Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.