Huffpost Maroc mg

L'association "Al Machroue Al Jadid" veut réunir progressistes, libéraux et islamistes modérés

Publication: Mis à jour:
AL MACHROUE AL JADID
Alyaoum24
Imprimer

VIE PARTISANE - Samedi 4 juin à Rabat, l'association "Al Machroue Al Jadid" ("Le nouveau projet") a réuni, autour d'un débat portant sur la vie partisane au Maroc, des acteurs de la scène politique et médiatique. Lors de cette rencontre, les participants ont estimé que la mise en place d’un bloc de démocrates, réunissant des progressistes, des libéraux et des islamistes modérés avec pour mission de défendre la légitimité démocratique, est aujourd'hui chose nécessaire.

Des participants au débat, dont les USFPéistes Hassan Tariq et Mohamed Achâari, ainsi que le directeur de publication du journal Akhbar Al Yaoum Taoufiq Bouachrine, ont estimé que la situation politique qui prévaut actuellement dans le pays requiert la création d’une force nouvelle qui contribuerait à l’édification d’une scène politique basée sur des priorités politiques.

L’organisation de ce débat à l’approche des échéances électorales se veut une tentative de comprendre comment former des élites pouvant assurer la gestion des conseils élus, et de savoir quelles sont les réformes à entreprendre en vue de rendre plus positive et plus productive la relation entre la vie politique et partisane, a déclaré l'ancien ministre Mohamed Achâari à la MAP.

Indicateurs d'une crise politique

Les participants au débat se sont aussi attelés à ce qu'ils nomment "les indicateurs de la crise politique au Maroc", crise politique qui se ressent jusque dans les déclarations du Chef du gouvernement, qui a, à maintes reprises, admis la difficulté de convaincre les différents acteurs politiques de participer à la mise en place de réformes.

De son côté, Hassan Tariq a déclaré que "l'opposition a échoué à assumer le rôle politique qui lui est dévolu dans le jeu politique", et s'est progressivement transformée en une "opposition des tribunes, qui ne s'intéresse qu'aux formalités".

Mohamed Achâari, lui, a estimé qu'"à la lumière de l'état de délabrement du champ politique, nous devons ouvrir le débat avec le Parti authenticité et modernité (PAM)" qui pourrait, toujours selon Achâari,"devenir un allié du Parti de la justice et du développement (PJD), car les politiciens oublient les lignes rouges quand le 'cahier de charges' de la politique leur impose" de nouer des alliances.

Un extrait du débat en vidéo:

LIRE AUSSI: Le Maroc, fer de lance d'un islam éclairé