Huffpost Algeria mg

Fuites de sujets du bac: 200 comptes Facebook identifiés, la décision du gouvernement sera prochainement annoncée

Publication: Mis à jour:
COLLAGE
Capture d'écran
Imprimer

Les services de Gendarmerie nationale poursuivent leur enquête, enclenchée mercredi sur les fuites des sujets du baccalauréat et partagent les nouveaux résultats. Près de 200 comptes Facebook ayant publié ou participé à partager les sujets fuités ont été identifiés.

Selon les résultats de l'enquête de la Gendarmerie, ces comptes constituaient un réseau ayant établi plusieurs plateformes de partage sur Facebook, pour y opérer. Le réseau a eu recours à l'aide de complices basés à l'étranger, dans le but de brouiller les pistes, estime la même source.

Depuis le lancement de cette enquête mercredi, les enquêteurs ont auditionné plusieurs personnes au sein de l'Office national des examens et concours (ONEC), dont des personnels à titre de témoins.

Les services de la GN ont aussi identifié et localisé les auteurs du faux communiqué de l'Office national des examens et concours faisant état de l'annulation de l'épreuve du baccalauréat. L'information avait rapidement été démentie par le même établissement.

"Des auditions vont toucher plusieurs personnes au niveau de l’Office national des examens et concours (Onec) et des Directions de l’éducation au niveau des wilayas où les sujets ont été envoyés sur les réseaux sociaux. L’enquête pourrait toucher également les enseignants ayant participé à l’élaboration de certains sujets et qui pourraient être impliqués dans cette fuite organisée et synchronisée", a révélé un responsable proche du dossier, relayé par Liberté Algérie.

Le Centre de prévention et de lutte contre la criminalité informatique et cybercriminalité de la Gendarmerie nationale a de son côté perquisitionné 15 plateformes d’échanges et de partage sur Facebook.

Pas moins de 150 profils du même réseau social, dont certains domiciliés à l’étranger, ont également été identifiés, en sus des 15 individus arrêtés mercredi dernier et 35 autres personnes pistées et recherchées depuis jeudi matin par la SRGN.

En effet, 31 internautes soupçonnés d'avoir publié les sujets fuités ont été pistés par les services de la DGSN spécialisés dans la lutte contre la cybercriminalité. Une enseignante a également été appréhendée à Alger pour avoir participé à la fuite d’un sujet en Histoire et Géographie. Elle a été placée sous contrôle judiciaire, rappelle-t-on.

LIRE AUSSI: Fraude au baccalauréat: 31 internautes pistés, des sujets de "Physique" et "Management" fuités

Vers la réorganisation partielle de l'examen ?

Selon la chaîne de télévision Ennahar, 50 personnes impliquées dans la fuite de sujets ont également été arrêtées à travers 27 wilayas du pays. L'enquête se poursuit et touchera l'ensemble du territoire national.

Une réunion interministérielle, présidée par Abdelmalek Sellal, a également eu lieu cet après-midi autour de ces fuites de sujets et des mesures pouvant être adoptées.

La décision officielle du gouvernement sera annoncée prochainement, a rajouté la même source. Néanmoins, plusieurs médias, citant des "sources proches du dossier", affirment que que la décision du Premier ministre, approuvée même par le Président Bouteflika, est de refaire les épreuves dont les sujets ont été fuités.

Les partenaires sociaux avaient proposé cette solution jeudi, lors d'une réunion avec la tutelle.

Ces propositions consiste en la réorganisation, après Aid El-Fitr, partielle de l'examen, soit uniquement les épreuves dont les sujets ont fuité.

En attendant, des interdictions de sortir du territoire national ont été émises aux aéroports et à la police des frontières pour intercepter la fuite des suspects vers l’étranger, alors que la garde à vue de certains individus a été prolongée pour les besoins des investigations.

LIRE AUSSI: Fuites de sujets du Baccalauréat 2016: Le dernier mot sur la suite à donner revient au Gouvernement

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.