Huffpost Algeria mg

Lutte anti-terroriste: Le Département d'Etat salue l'approche globale et active de l'Algérie

Publication: Mis à jour:
ALGERIAN SOLDIERS
Algerian soldiers are seen at the Tiguentourine Gas Plant in In Amenas, 1600 km (994 miles) southeast of Algiers, January 31, 2013. REUTERS/Louafi Larbi (ALGERIA - Tags: MILITARY POLITICS CRIME LAW) | Louafi Larbi / Reuters
Imprimer

Le Département d'Etat américain a salué, dans son rapport annuel 2015 sur la lutte anti-terroriste dans le monde, la vision algérienne globale de lutte contre le terrorisme et les efforts consentis par les autorités, depuis plus de deux décennies, dans le traitement efficace de cette menace, soulignant que "l'Algérie demeure un partenaire important dans la lutte conte le Terrorisme".

Le document américain, qui couvre la période allant du 1er janvier au 31 décembre 2015, révèle que depuis le début des printemps arabes, l'Algérie déploie plus de 75 000 hommes pour surveiller ses frontières dont 50 000 sur les frontières algéro-Libyennes.

Le document très élogieux sur la stratégie algérienne de lutte contre le terrorisme, rappelle la longue expérience du pays dans la lutte contre ce fléau et les efforts qu'il consacre à ce sujet. Le rapport met en exergue, également, la stratégie poursuivie en ce sens, qui fait appel aux outils d'information, de prévention et de sécurisation des frontières, dans la poursuite de sa lutte contre cinq organisations terroristes, telles que Aqmi, Al Mourabitoun, Mujao, Daech et Ansar Acharia, qui restent des menaces actives dans le pays et sur ses frontières.

"Des cellules, pour la majeure partie, de ces groupes ont fait état de leur allégeance à Daech, mais qu'elles comptent un nombre très réduit d'éléments".

"Des efforts ont également été menés pour raffermir le dispositif sécuritaire de proximité et de surveillance et de la politique de non concession envers les prises d'otages par les groupes terroristes, d'où l'absence de toute référence aux enlèvements par des groupes terroristes durant toute l'année 2015", relève le département d'Etat dans son rapport annuel.

Toujours selon le rapport américain, "la stratégie algérienne, qui se fonde par ailleurs sur le rejet de toute coalition ou alliance contre Daech, au nom du principe de non intervention dans les affaires intérieures des autres Etats, a pris activement en compte d'autres formes de lutte contre ce groupe terroriste, à travers notamment l'adoption de mesures de prévention, de sécurité et de participation, comme le montre l'intérêt que l'Algérie accordé au processus de Washington de lutte contre l'extrémisme violent et la contribution substantielle au débat sur ce phénomène, à travers l'organisation à Alger d'une conférence internationale sur la dé- radicalisation".

Renforcement de la législation et du renseignement

Le Département d'Etat, relève, en outre, les mesures prises par l'Algérie en ce qui concerne les mises en garde contre les fatwas émanant de l'étranger, la mise en place d'un organe national de lutte contre la cybercriminalité, la préparation du lancement d'un observatoire sur l'extrémisme violent et d'une institution nationale de la Fatwa, la mise en conformité de la législation nationale avec les résolutions pertinentes du Conseil de Sécurité de l'ONU ainsi qu'avec les recommandations du GAFI, l'adoption de nouvelles dispositions concernant la garde à vue, la restructuration du DRS-SCORAT-SCAAT et le renforcement sécuritaire des frontières.

Lutte contre le financement du terrorisme et blanchiment d'argent

La même source note que l'Algérie a poursuivi la mise en œuvre de réformes internes et a fait preuve de progrès en matière de lutte contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme. N'ayant pas encore pris en compte les derniers développements sur cette question intervenus en avril 2016, à la suite de l'adoption par l'APN du projet de Loi amendant et complétant l'ordonnance n° 66-156 portant Code Pénal, le Département d'Etat devrait refléter cette évolution dans son prochain rapport 2016.

Des développements juridiques et institutionnels dans la lutte contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme ont été positivement appréciés par le Département d'Etat.

Appui au processus politiques au Mali et en Libye

Une autre clé des efforts de l'Algérie en la matière consiste dans l'intérêt particulier porté à la coopération internationale, souligne, dans ce sens, le document, notant à cet égard, la coopération engagée dans le domaine sécuritaire avec la Tunisie, la médiation dans le conflit malien, l'appui au processus politique de paix en Libye.

Toutefois le document note que les relations algéro-marocaines et les divergences des positions sur la question du Sahara occidental demeurent un obstacle à la coopération bilatérale et régionale dans la lutte contre le terrorisme.

Le document fait remarquer, enfin, que dans le cadre de sa stratégie de lutte antiterroriste, et en reprenant une déclaration du Ministre tunisien de la Défense "l'Algérie assure la formation des forces spéciales tunisiennes pour la sécurisation des frontières sur la base d'un accord bilatéral".

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.